Colum McCann

trad. (irl) Jean-Luc Piningre

Éditions Belfond, mai 2018, 169 p., 16 €

Babelio / Belfond

lettres à un jeune auteur

4e de couv. :

Délaissant – momentanément – la fiction, Colum McCann nous livre un petit livre original et fort utile, sorte de guide pour tout aspirant auteur et, plus généralement, pour tout lecteur intéressé par l'écriture. Sans oublier les fans de l'écriture sublime de l'auteur des Saisons de la nuit et de Et que le vaste monde poursuive sa course folle.

 

Mon billet :

J’ai eu envie de lire ce livre, car il y a fort longtemps j’avais lu et aimé « lettres à un jeune poète » de Rainer Maria Rilke. Je trouvais le clin d’œil engageant.

D’autre part, je connais un peu le côté fiction de Colum McCann et  son écriture ciselée. J’ai aussi vu des interviews de lui par François Busnel (entre autre) et il dégage une impression de passion maîtrisée, mais revenons à notre livre du jour.

Il y a dans la lecture de ces lettres  un côté très oral, on entend presque l’auteur parler. Dans son introduction, il explique l’origine de ces lettres.

A l’heure où tout le monde donne des conseils d’écriture, il faut trouver le ton juste pour faire passer ses idées. Il y a le risque de se mettre trop en avant, de ramener à soi. Il a su allier son expérience personnelle aux conseils qu’il donne aux autres.

Les lettres ne sont pas très longues, chacune représente une réponse à une question que tout auteur en devenir ou lecteur pourrait lui avoir posé. Chaque titre et incipit (citation d’un autre auteur) est déjà une piste de réflexion. A l’instar d’un des chapitres intitulé « la Première phrase » chaque lettre débute par une phrase percutante. Un exercice style dans l’exercice.

Colum McCann s’adresse au jeune auteur avec un « tu »,  cela crée une relation directe entre maître et auteur en devenir. Il n’y pas de condescendance, il ne joue pas l’écrivain qui a atteins son apogée. On dirait presque qu’il se recentre en donnant des conseils plein de bons sens. Rien n’est acquis, toujours travailler et affûter sa plume.

Un mélange de verbes à l’impératif pour être incisif et d’explications plus explicites avec des exemples concrets.  J’admire ce côté artisan qui revient cent fois sur son ouvrage. La recherche du mot juste, de l’idée bien développée… C'est un livre dont je vais m'inspirer et qui va m'accompagner encore quelques temps, car il demande réflexion.

En lisant ces lettres, mon côté lectrice attentive, qui cherche derrière les mots un sens caché à ce que les auteurs veulent exprimer, a été satisfait. J’aime lire ce que les auteurs pensent de leur travail d’écriture, de leur rapport à l’écriture.

Pour finir un petit mot pour la couverture. Le nom de l’auteur en vert et un crayon vert sur un fond blanc, sans parler des pages de gardes vertes, tout cela est porteur de sens. Un écrivain irlandais face à la page blanche…

Je remercie les Éditions Belfond et Babelio pour m’avoir permis de lire ce livre qui m’incite encore plus à lire les romans de Colum McCann.

babelio 18

belfond vert