Chloé Chevalier

Editions les moutons électriques, 2015, 382p, 19,90 €

Le mois de Chloé Chevalier sur Book en Stock

véridienne 14e de couv. :

Au bord de l’implosion, le royaume du Demi-Loup oscille dangereusement entre l’épidémie foudroyante qui le ravage, la Preste Mort, les prémisses d’une guerre civile, et l’apparente indifférence de son roi.

Les princesses Malvane et Calvina, insouciantes des menaces qui pèsent sur le monde qui les entoure, grandissent dans la plus complète indolence auprès de leurs Suivantes. Nées un jour plus tard que les futures souveraines auxquelles une règle stricte les attache pour leur existence entière, les Suivantes auraient dû être deux. Elles sont trois. Et que songer de la réapparition inopinée du prince héritier, Aldemor, qu’une guerre lointaine avait emporté bien des années auparavant ? Avec lui, une effroyable réalité rattrape le château de Véridienne, et le temps arrive, pour les Suivantes et leurs princesses, d’apprendre quels devoirs sont les leurs.

Mon billet :

J’étais très curieuse de découvrir l’univers de Chloé Chevalier, car je n’ai vu passer que d’excellents retours de lecture et elle a eu l’approbation des vénérables, Dup et Phooka. A chacun ses références !  Ajoutez à cela un belle couverture (de Melchior Ascaride) avec une typologie sur le titre qui donne un certain cachet ! Alors vous imaginez bien que je n’ai pas hésité lorsque le mois de Chloé Chevalier a été annoncé. Me voilà donc avec une wish list qui s’est allongée ! 

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, le « demi-loup » m’inquiétait un peu. C’est fou comme des petits éléments du livre objet peuvent influencer le lecteur positivement ou négativement. C’est là que la ligne éditoriale d’une maison d’édition et son savoir faire pour faire les choix judicieux comme celui de l'illustrateur etc.

J’ai était surprise par la varié de types de narrations (récits, extraits de journaux, lettres…). Attention qu’il n’y ait pas confusion, c’est bien un roman et tous ces récits nous font aller vers un point précis (ou plusieurs, cela dépend). On ne peut donc les lire séparément, cependant chaque façon d’apporter une pierre à l’édifice donne au lecteur l’impression de plonger dans une histoire. Chloé chevalier à l’art de raconter. Ce roman se lit comme si on écoutait le narrateur et on l’impression de voir surgir les scènes narrées.  J’ai mis un certain temps car je faisais des pauses… un peu comme si on écoutait une histoire à la veillée et qu’il fallait attendre le lendemain pour en savoir plus. Pourtant c’est un roman qui se dévore facilement par justement ces changes de rythmes et de narrateurs, mais je n’ai pas eu envie, j’ai savouré. Quand je vous dis que le lecteur à parfois de drôles de réactions !

C’est fameux changement de narrateurs/narrations sont repérable par des sortes de lettrines/puces (je ne sais pas comment cela s’appelle) une petite vignette avec un même Blason (qui correspond à une personne) selon qui parle débute chaque chapitre, donc sur chaque section on retrouve ce petit dessin. Vous pouvez en avoir un aperçu dans le diaporama sur le site de la maison d’édition)

Ceux qui me suivent savent que j’ai quelques tiques de lecture. Je me laisse souvent guider par des thèmes tél que les quatre éléments (air, eau, feu, terre), les cinq sens, les couleurs, les structures et relations familiales. Alors là, je n’ai eu que l’embarras du choix. J’ai remarqué que ces fils rouges auxquels mon esprit s’accroche  s’arrêtaient à chaque changement de narration.

Un exemple : Lorsqu’on suit les fillettes depuis l’accident du père jusqu’à leur fuite dans la montagne on a l’eau qui prédomine avec tous les aspects néfastes, boueuse, létale, noyade, puis c’est le froid de la mort, la glace et la neige, perte des repères … jusqu’à finir dans les salles d’eaux (chaude, maîtrisée, pure et parfumée) et on bascule dans la vie après s’être lavé et purifié (symboliquement). Et puis le chapitre suivant on change de décor et de fil conducteur et ce sont les couleurs qui ont attiré mon attention tapisserie lavande, couvre lit lilas, chambre rouge etc…

Si je vous donne ces exemples c’est pour vous montrer la grande variété de thématiques. On sent un travail d’écriture qui va au-delà du simple récit. E qui fait aussi la richesse de ce premier tome c’est tout se qui touche à la stratégie et à la politique. C’est structuré, les bases sont construites pour un édifice plus grand. On sent qu’un univers va se déployer.

J’ai souri avec l’arrivée des « chats » parce que les félins sont très appréciés dans la vie réelle.  Non pas des petits minous, plutôt un « peuple » bien dangereux avec toute une codification. Leurs tatouages de chats sont une marque d’appartenance. Il y a toute une hiérarchie qu’on retrouve dans ses dessins. Sans parler de l’arrivée de Malfamé… Bon je n’en dirais pas plus !

A plusieurs reprises, il est fait mention des libertés prises avec les traditions, ces  arrangements seraient-ils la cause des malheurs qui s’abattent sur ces royaumes ?

Ce qui m’a beaucoup plu ce sont les relations entre les personnages et ses cinq filles qui sont comme les cinq doigts de la main… dans les interviews sur book en stock, elle nous explique bien l’origine de la grande part de femmes dans ce roman.

Je vous laisse découvrir par vous-même les autres aspects de la narration…

Vous L’aurez compris je fais partie des fans de Véridienne. Je remercie Book en stock et les éditions « les moutons électriques » pour cette découverte.

 

moutons électriques

chloé chevalier

book en stock