Aimée Carter

Editions Michel Lafon,11 janv. 2018, 330 p., 14,95€

Mes lectures Michel Lafon

4e de couv. :

TRANSFORMEZ-VOUS

Simon Thorn a le pouvoir de parler aux animaux. À douze ans, il découvre le secret de ses origines : il est un Animalgame, un être capable de se transformer en animal. Et sa première métamorphose pourrait bien décider du destin de tout un peuple, car il l'ignore mais il est l'héritier du roi des aigles et de la reine des loups... en guerre depuis toujours.

 

Mon billet :

Me voilà fan d’une nouvelle série, j’espère que les autres tomes vont être vite traduits et publiés en France.

Tout d’abord un petit mot sur l’illustration de la couverture. Je trouve qu’il  y a bien l’idée de la menace sur les enfants. Les personnages ont 11/12 ans, cela correspond bien. qui sont-ils ? ...

Intéressons nous à l’aspect pratique. C’est un roman à lire à partir de 10 ans, à vous de voir par rapport aux aptitudes de votre enfant. C’est un roman grand format brochet à la police d’écriture assez grande. Je précise cela car mon fils n’est pas un grand lecteur et c’était abordable pour lui. Il y a quelques néologismes pour expliquer ces être extraordinaires mais sinon le langage n’est  pas compliqué.

C’est une histoire qui nous emporte de la réalité dans une suite d’aventures assez fantastiques. Il y est question en autre de métamorphose. Donc un roman à conseiller aux enfants qui aiment la littérature de l’imaginaire.

Dans un premier temps nous sommes à New-york  près de central Parc. Vie citadine et nature maîtrisée, enfin c’est ce que l’on croit !

Ce roman aborde la question : Jusqu’où peuvent aller les parents pour protéger leur enfant. Les non-dits, les secrets de famille, les mensonges par omission, la séparation ? Peut-on couper les lien avec les familles maternelles et paternelles ?

Du côté de Simon on a l’interrogation sur : qui était vraiment son père ? De quoi est-il mort ? Pourquoi sa mère passe-t-elle plus de temps loin de lui à l’autre bout du monde ? Pourquoi est-ce son oncle qui l’élève ?

Simon Thorn va rentrer en 5 ième (ou équivalent) il est rejeté par les autres parce qu’on dit qu’il parle aux animaux. La rumeur dit qu’il est « cinglé ». Il est le souffre douleur de Bryan la terreur du collège. En cette rentrée il perd son meilleur ami qui s’est rallié aux meneurs pour ne plus être isolé. Le jour de la rentrée tout va basculer, il va se rebeller et se défendre. Il y a de l’électricité dans l’air. Quelque chose se prépare, les rats sortent des profondeurs de la ville… Un aigle le met en garde… Il rencontre Winter une nouvelle qui lui parle et affronte Bryan.

Très rapidement Aimée Carter nous plonge au cœur de l’aventure.

A partir de ce moment-là sa vie va basculer. Il va découvrir de quelles familles il descend. On va découvrir en même temps que lui quels sont les enjeux  de cette quête de pouvoir et de territoire. Simon est-il un simple pion ?

Issu de deux familles de clans opposés, il est l’équivalent d’un métis donc chaque communauté le convoite… Ce n’est pas le seul Hydrace. C’est assez complexe car chacun à sa vision des choses.

Lui est trop jeune pour savoir qui il est vraiment, où ce qu’il est.

Les secrets de famille vont lui être révélé sans précaution, il va être bouleversé et va devoir les assimiler.

On va le suivre dans sa quête. Arrivera-t-il à sauver sa mère ? Va-t-il trouver sa place ? Quel camp va-t-il choisir ?  

On va de rebondissements en rebondissement.

Un livre d’action et de quête d’identité.

L’amitié, la confiance, les choix voilà des thèmes propres au passage de l’enfance à l’adolescence.

Une sorte de compte à rebours se met en place et donne du piment à l’aventure. La tension monte d’un cran à chaque étape, à chaque découverte.

La rencontre avec d’autres animalgames va de nouveau confronter Simon aux autres et là encore il sent la différence… Arrivera-t-il à trouver sa place ? je vous laisse le découvrir…

C’est raconté de façon à ce qu’on enchaine les chapitres un après l’autre, entre émotions et action il y a les doutes et les interrogations, un vrai page turner.

Je remercie les Editions Lafon pour cette nouvelle découverte.

 

Qui en parle ?

Jangelis