sucre

 

Chers lecteurs,

Aujourd’hui je ne vais pas vous parler lecture mais partager quelques réflexions autour d’un objet banal et quotidien…

Une copine m’a demandé d’écrire des articles autres que mes chroniques lectures. Ma première réaction fut « je n’ai pas le temps », la deuxième sur quel sujet ? A aucun moment je me suis demandé sous quelle forme parce que c’est un peu comme moi réfléchi et spontané et  sans polémique.

Donc inconsciemment l’idée faisait son chemin…  Un sujet de saison ? Tiens c’est la rentrée, ah oui mais non je n’ai rien de spécial à en dire…

J’avais laissé tomber l’idée et puis voilà que je décide de changer de sac à main (fourre tout). J’ai tout renversé le contenu sur la table histoire de nettoyer le sac. –« Aïe elle va vider son sac, vous direz-vous ? » … Bon après avoir jeté les emballages de bonbons, les vieux mouchoirs et autres tickets froissés…  je suis partie avec mon nouveau sac bien rangé.

Ce matin je me suis rendu compte qu’il restait des sachets de sucre colorés et j’ai eu envie de faire une photo (voir ci-dessus). J’allais la poster sur Instagram quand j’ai commencé à me poser des questions. Non pas hypoglycémie, ni de diabète, ni autre j’arrête le sucre, pas de diabolisation…

D’où viennent ses petits sachets de sucre ?

Il se trouve que cet été je suis beaucoup allé au snack du village boire un café en terrasse le soir. Et presque machinalement j’ai emporté mon petit sachet entamé, car je savais qu’il irait à la poubelle… ça fait pingre ?

En quoi cela serait-il pingre d’emporter un sucre que l’on a payé en même temps que sa boisson ? Nous vivons dans un pays où on ne fait plus attention à ces petits détails. Mais à bien y réfléchir, il y a encore autour de nous des gens pour qui le sucre est un luxe. Vous imaginez le nombre de kilos de sucre (et je ne parle pas des condiments dans les selfs et fastfood) qui finissent à la poubelle.

Pourquoi n’y prenons nous plus garde ?

Lorsque vous allez au café vous êtes libre de consommé ou non ce produit, et parfois même vous n’en consommé qu’une partie. Le sucre est emballé pour des raisons d’hygiène mais des petits malins ne s’en sont emparés  pour y coller des publicités et vous consommez des informations, en oubliant ce qu’il contient.

Avez-vous remarqué  que cet objet engendrait des comportements particuliers.

Vous l’utilisez en terrasse  et souvent il a une tendance à s’envoler, hop un peu de pollution invisible. Bon la plupart du temps vous essayez de le retenir, de le coincer avec un objet, parfois ça fini dans la poche ou le sac… Si on calcule ne serait-ce que le nombre d’expressos qui sont consommé à combien s’élève la quantité de papiers et encre en circulation ?

Bon vous ouvrez le sachet et vous versez dans votre tasse. Je ne parle pas des maladroits qui déchirent n’importe comment et qui en mettent partout.  Donc soit vous le consommez en entier quitte à boire plus sucré que ce que vous aimez, soit comme moi on vous regarde en rajouter petit à petit jusqu’à trouvé le juste équilibre entre goût du café et goût sucré. Il y a toujours quelqu’un qui vous regarde faire en se demandant si je suis aussi tatillon et chiante pour le reste… Mon fils lui surveille pour me piquer le fond du sachet et le manger !

La facilité donc, c’est de verser tout le sachet quitte à consommer plus que nos réelles envies. Ces sachets sont calibrés par des industriels selon une moyenne (enfin je suppose). Mois je crois que cela pousse à la surconsommation, voir contribuer à une certaine addiction (ne parle t-on pas de dosette ?)

L’autre jour dans une vidéo qui traîne sur les réseaux sociaux, on montrait comment on devrait ouvrir certains produits. Et figurez-vous que ces sachets sont fait pour être cassés en leur milieu donc pratiquement obligation de tout consommer.

Le fait que le sucre soit sous sachet, il perd de sa présence, de sa réalité, il est absent, on oublie la portée du geste lorsqu’on est en bonne santé et sans gros problème de poids.

On va souvent boire un café avec d’autres personnes et on discute. Avez-vous remarqué qu’on sucre parfois automatiquement ? Et avez-vous remarqué qu’on a tendance à occuper nos mains avec ses petits sachets (pleins ou vides) et si le sujet est très personnel il peut arriver qu’on abime un sachet neuf. Le sachet est-il étanche ?

Le petit sachet dans la soucoupe de la tasse de café se retrouve parfois mouillé par le café qui a versé un peu pendant le transport. Que faire ? Tenter de s’en servir ou en demander un autre ? Dans les deux cas il y a gaspillage.

Les industriels sont les seuls à tirer profits.

On gâche du papier et on gâche de la nourriture. On nous fait gober les quantités qu’ils estiment optimales pour toujours avoir envie de produits sucrés (théorie du complot ?), on nous fait gober des publicités. Qui paye ça ? Le consommateur ou le cafetier ?

Je n’ai pas la solution au problème et non je ne suis pas prête à arrêter la consommation du sucre et je suppose que mon sac continuera à recevoir ces petits reliquats qui parfois rendent service.

Je ne sais pas si cet article vous a plu mais promis, je ne vous parlerais pas des petits chocolats ou biscuits individuels que je garde pour mon fils ou en cas de besoin.

Avez-vous une petite boîte qui se rempli de ces petites gourmandises ?

Je m’interroge sur le budget que nécessitent ces achats ? Est-ce le cafetier qui les achète, est-ce que le marchant de café leur fourni en cadeau publicitaire ?

Il y a des cafés où les emballages des sucres, sucrettes, biscuits et chocolats portent leur nom. Pendant un temps je les collectionnais, souvenirs de vacances, de voyages etc.

J’espère que vous ne verrez plus les petits sucres de la même façon. J’ai volontairement esquivé le thème de l’individualisation à outrance.

 Y aura-t-il d’autres articles sur ce qui se cache au fond d’un sac de femme ? On verra bien.

N’hésitez pas à mettre en commentaire vos avis et vos expériences autours de ses sachets traitres qui nous font parfois des misères.