Tome 1 : Le Sidh

Anthelme Hauchecorne

Illustrations Pascal Quidault

Midgard, 2013, 661 p., 18€

 

Lu dans le cadre de « Le Mois de… Anthelme Hauchecorne »

Encore un joli mois passé à papoter avec un auteur... Merci Phooka et Dup !

 

ames de verre4 e de couv :

« Ce livre vous attendait. Il était écrit que vous feriez sa connaissance. 
Car peut-être êtes-vous, à votre insu, un(e) Éveillé(e). 
Auquel cas, vous êtes en grand danger. Les rues de cette ville ne sont pas sûres. Pour vous, moins que pour tout autre. 
Car les Streums rôdent, à l’affût d’une âme à briser. Je ne vous mentirai pas : vos options ne sont pas légion. Votre meilleure chance de survie gît selon toute probabilité entre ces pages. 
Qui sont les Streums, demanderez-vous ? Pourquoi convoitent-ils les fragments du Requiem du Dehors ? Quel avantage espèrent-ils retirer de cette partition funeste ? 
Si vous ignorez les réponses à ces questions, vous vous trouvez alors face à un choix. Pour lequel il est de mon devoir de vous aiguiller. 
Souhaitez-vous rejoindre la Vigie, risquer votre vie et sans doute plus encore, dans une lutte désespérée pour déjouer les intrigues du Sidh ? 
…Ou bien demeurer parmi le troupeau des Dormeurs, à jamais ? 
Pareille aventure ne se présente qu’une fois. Sachez la saisir. » 

 

 

Anecdote :

Je remercie Book en Stock qui a parmi ce partenariat avec les éditions Midgard. Sans les Vénérables je n’aurais jamais lu de roman d’Anthelme Hauchecorne. Son univers est très éloigné de ce qui m’attire habituellement. C’est une belle découverte et je pense un jour lire au moins la suite de ce premier tome… Enfin le jour où elle paraîtra ! Mais peut-être que dans ce qu’il publiera je trouverai aussi d’autres tentations !  « Le Carnaval aux corbeaux » par exemple.

 

Ma chronique :

La quatrième de couverture est très accrocheuse et le contenu va dans le même sens. J’adore les livres qui débutent par des mises en garde… ce livre n’est pas pour vous, si vous tournez la page etc… Petite transgression dans son fauteuil me direz-vous … à chacun son petit frisson.

A travers une fiction avec des êtres parfois surnaturels nous avons une représentation de Lille et des problèmes de société en général qui font froid dans le dos lorsqu’on les accumule : chômage, promiscuité, violence, pollution, hyper urbanisation…

Je ne suis pas du tout familière de la thématique « punk » ou « goth » mais d’autres sujets adjacents ont su captiver mon attention. A moins d’une étiquette mal placée je crois que c’est le premier « Urban Fantasy » que je lis…

Les personnages sont assez nombreux mais Anthelme Hauchecorne a bien balisé le chemin. Les titres de chapitres indiquent qui parle. Titres qui sont parfois un clin d’œil au lecteur attentif. Puis il y a des petits pictogrammes pour chaque personnage : une clé pour Vincent, une spirale qui fait penser à un scolopendre de Camille, un motif en étoile à trois branches (qui m’a fait pensé à un shuriken) pour le marchand de sable, arbre où racines et branches en forme de cercle… Cela rappelle les tatouages et les dessins celtiques. Les pages du Codex sont assombries ce qui fait penser à des fac-similés, les pages du journal de Vincent sont frisées aussi mais très droit. L’auteur joue aussi avec les typographies. Le format du livre et les typographies m’ont plu car contre il manque parfois des contrastes de couleur qui ont ralenti ma lecture le soir. Au bout de quelques pages je me suis habitué au  papier qui crisse sous les doigts.

Selon les personnages le vocabulaire varie, par exemple Surm s’exprime plutôt crûment et en argot, Craqueulhe inclus des mots lorrains etc…

J’aime bien le principe de faux documents qui rompent la narration tout en semant des indices. Cela donne au lecteur l’impression illusoire de détenir toutes les cartes.

Le lecteur est parfois interpellé, c’est très amusant cette fausse interaction.

La mort est omniprésente, avec notamment le thème du suicide qui est évoqué parfois au second degré : « suicide professionnel », « honorable suicide ».

Le fil conducteur est la musique… mais graphiquement c’est un fil barbelé qui couronne les pages. Il renforce l’ambiance tout en hérissant le poil.

Je n’ai eu aucune empathie avec les personnages. Par moment Camille, Vincent ou Ambre me touchent mais la plupart du temps une mise à distance se créait, réflexe de protection face à la haine et à la violence peut-être.

Anthelme Hauchecorne nous décrit une société hiérarchisée avec des guerres de clan et des problèmes de relations, violence et antagonismes exacerbés qui divisent au lieu d’unir les personnages afin de réussir leur quête. Chaque personnage à ses fêlures et ses secrets, ils sont en permanence sur leur garde, c’est une question de survie. C’est cela les personnages ne vivent pas ils survivent.

Je ne peux vous dévoiler l’intrigue mais la fin est excellente et maintenant il faut attendre la suite dans le prochain épisode… Que de possibilités et de rebondissement en perspective.

 

Question suis-je une éveillée ? Non je ne pense pas mais plus une simple dormeuse… pas tout à fait une Colombe…

 

NB :

Les droits d’auteur sont reversés à une association dont je me permets de mettre le lien :

Association Bardet-Biedl Syndrome

C’est une maladie que je ne connaissais pas.

lokomodo

book en stock

N'hésitez pas à aller zieuter les interviews d'Anthelme Hauchecorne

100 livres 2014

49/100