Juliette Sachs

City Éditions, 9 sept 2020, 255 p., 16,90 €

Mes lectures City

Rentrée littéraire 2020

fête de famille

4e de couv. :

Pour sa première réunion de famille en compagnie de Marc, son nouveau petit ami, et de ses beaux-parents coincés, Camille a tout prévu : les cours de bridge pour plaire à belle-maman et les bouquins de philosophie pour impressionner beau-papa. Évidemment, rien ne se passe comme prévu ! Les choses se corsent encore lors de la fête du village. Alors qu’elle sert une coupe de champagne à l’un des pensionnaires de la maison de retraite, il s’écroule, mort. Pour se disculper, une seule solution pour Camille : démasquer elle-même l’assassin. Mais qui essaye par tous les moyens de lui faire porter le chapeau ? Et pourquoi l’ancienne petite amie de Marc est-elle aussi envahissante et insupportable ? Autant de mystères à résoudre si Camille veut sauver ces fêtes de famille… et sa peau !

Un délicieux cosy mystery à la française.

 

Ma Chronique :

Voilà un roman que j’attendais avec impatience. J’avais aimé le premier roman de Juliette Sachs « Vacances mortelles au paradis » et je voulais découvrir un autre roman. J’ai malheureusement raté la sortie de « On n’attire pas les hirondelles avec su vinaigre » publié chez Alter Real qui m’aurait permis de découvrir le personnage de Camille, se n’est partie remise. Mais je vous rassure l’autrice nous donne assez d’infos pour bien vivre les mésaventures de Camille dans « Fête de famille fatale ».

Ce roman a tout pour me plaire une histoire avec les familles qui rendent la vie de Camille difficile. Deux familles diamétralement différentes, choc de deux mondes. C’est déjà compliqué quand on doit gérer sa propre famille avec les relations mère-fille mais voilà que Juliette rajoute les relations belle-fille belle-mère… puis mère et belle-mère… que de combinaisons possibles. Et les hommes là dedans ? Je crois qu’ils en ont pris leur parti et laissent les femmes se gérer entre elles !

On va enchainer les scènes rocambolesques, les quiproquos, les rencontres explosives, les demi-vérités, et les mensonges complets !

Nous avons donc Camille qui vient chez sa belle-famille pour la première fois pour les fêtes de Noël, elle découvre en même temps le village d’enfance de son compagnon, ainsi que ses amis et son ex-copine. Vous en voulez du stress vous en aurait et Camille aussi, d’autant que la situation va basculer dans le film d’horreur. Elle va devoir gérer plusieurs situations difficiles en même temps…

S’en sortira t-elle ? Si oui dans quel état ? Son couple survivra t-il a toutes ces épreuves.

J'ai apprécié aussi l'âge de Camille elle a quarante ans, elle a donc un vécu et encore tant de choses à accomplir !

Ce roman fait partie des bonbons acidulés qui picotent sur la langue. Il s’agit d’un Cosy Mystery, il y a du suspens et des tensions dramatiques, mais il y a l’humour qui dédramatise tout. Oui il y a la mort et le danger mais pas la pression et l’angoisse d’un thriller et c’est ce qui me plaît. C’est comme si on jouait à se faire peur.

Pour la petite anecdote j’avais compris très vite qui était le coupable, mais cela fait parti du jeu. J’étais la position où le lecteur voudrait dire au personnage principal « c’est lui, regarde…. » et de vouloir secouer l’héroïne !

J’ai bien aimé la diversité des personnages qui vont jouer un rôle et notamment Jules, l’ado qui va est sympathique et va jouer le rôle du dérivatif. Il a son langage bien à lui et il a dans la dynamique familiale un rôle neutre…

La nourriture et les boissons vont jouer un rôle dans la résolution de l’énigme.

Camille est journaliste à la base et c’est donc en tant que tel qu’elle va mener son enquête.

Petite info ça se passe dans l’Est de la France à deux heures de Strasbourg, je sais que ce détail est important pour certains lecteurs…

J'espère qu'il y aura d'autres épisodes à moins que Juliette Sachs crée un nouveau personnage.

Je vous laisse découvrir les succulents détails et vous souhaite une bonne lecture détente.

Je remercie City Éditions de leur confiance.

 

 

city éd

 

Sur ce blog :

vacances mortelles