Cathy Ytak

Editions Syros, col Mini Syros, 6 fev 2020, 48 p., 3,50 €

Mes lectures Syros

perdus en mer

4e de couv. :

Silas demande à son père, ligneur sur un bateau de pêche, la permission de l'accompagner en mer. Yannick accepte à contrecœur, son fils cadet étant, contrairement à son grand frère qui a toujours eu le pied marin, un enfant solitaire, dont la seule fois sur l'embarcation a viré à la catastrophe. Mais Silas, qui souhaite tant que son père soit fier de lui, promet qu'il sera à la hauteur.

Ma chronique :

J’avais beaucoup aimé « Tu vois, on pense à toi ! » son précédent roman qui avait gagné le prix des Incorruptibles en 2019. Alors je n’ai pas hésité à lire ce roman jeunesse bref et intense.

En peu de pages il aborde plusieurs sujets. Les relations père-fils. La place importante d’un métier familial, pour cette famille on est pêcheur de père en fils. L’ainé commence à suivre les traces du père… mais que fait le plus jeune qui n’a pas de prédisposition pour ce dur métier ? Il ne fait pas parti du clan.  Cela complique les relations.

Comment trouver sa propre voie lorsqu’on est petit et qu’on ne veut qu’une chose avoir l’amour et la considération du père ?

Silas va aller contre sa nature…

Je vous laisse découvrir ce qui va se passer…

C’est un roman tendre et émouvant. Silas est si touchant qu’on est avec lui.

J’adore la couverture avec ce contraste entre le bateau et l’enfant, on comprend tout de suite que c’est l’enfant qu’il faut regarder.

J'ai beaucoup aimé les nombreux contrastes entre ces deux personnages, l'un est un enfant de l'air et l'autre de la mer. Intérieur et extérieur se complètent finalement.

Je remercie les éditions Syros de leur confiance.

 

Qui en parle ?

Jangelis

tu vois