Gunnar Staalesen

Trad. : Alex Fouillet

Folio Policier, nov 2019, 388 p., 8,40 €

Mes lectures Folio

 

G02849

4e de couv :

Septembre 1977. Mette, une fillette âgée de trois ans, disparaît alors qu’elle jouait dans le bac à sable devant sa maison. La petite communauté où vit sa famille est bouleversée. Malgré les efforts de la police et les soupçons qui s’accumulent, elle reste introuvable.
Vingt-cinq ans plus tard, alors que la date de prescription approche, la mère de Mette demande au privé Varg Veum de tenter une dernière fois d’élucider ce mystère. Son enquête le plonge dans un écheveau de mensonges et de complots. Puis une nouvelle tragédie se produit…

 

Ma chronique :

Je n’avais pas retenu le nom de cet auteur, mais son personnage me rappelait quelque chose. Un ancien flic qui avait travaillé dans les services sociaux ce n’est pas courant. En regardant la bibliographie de l’auteur j’ai reconnu un titre assez marquant : « L’enfant qui criait aux loup » que j’ai lu en 2016.

Le personnage a évolué, il est encore plus amoché par les épreuves de la vie. On le retrouve alors qu’il tente de sortir d’un deuil qui l’a meurtri. Il vit à Bergen. Il est sous l’emprise de l’alcool, mais tente de remonter la pente. On le voit lutter contre ses démons.

C’est un roman à la première personne, on va donc suivre les événements en même temps que lui. Le lecteur ne saura jamais rien avant lui. Cependant il y a des éléments qui m’ont permis de comprendre certaines choses, ce qui permet au lecteur de ne pas rester spectateur.

Ce que j’ai aimé dans cette enquête c’est qu’il s’agit d’un « cold case », il n’y a pas la pression de la hiérarchie et de la presse. On pourrait croire qu’il y a une conjonction des planètes qui met en mouvement une suite de drames alors que tout semble au point mort.

La reprise de l’enquête 25 ans après la disparition de Mette, va donner lieu à des flashs back lors des interrogatoires, il va faire resurgir le passé, les années 70. Il va jouer un peu le rôle du psychanalyste qui fait émerger ce qui a été refoulé. On retrouve ce qui est la thématique générale de cette série à savoir les traumatismes de l’enfance et les conséquences des actions des parents sur la vie des enfants.

Il va donc ouvrir une boîte de pandore sans le savoir et il va se retrouver bien malgré lui en danger de mort.

J’ai bien aimé le mélange de « calme » et « d’action » qui s’alternent cela donne des rythmes différents qui gardent le lecteur en éveil. Il y a toute une thématique autour du temps. Il y a le passé et le présent. Il y a le braquage de l’horloger. Il y a la date butoir pour la prescription. Il y a les journées et les nuits qui sont très marquées. Il y a les coïncidences, qu’on peut relier au temps. Et il y a le temps à travers la météo.

J’ai pris grand plaisir à retrouver ce personnages… il faut que je note les autres titres de la série.

Je remercie  Folio de leur confiance.

 

 

 

folio policier 16

l'enfant qui criait au loup