Peter Brooklyn

City Éditions, 21 Août 2019, 239 p., 16,90 €

 

Challenge 1% Rentrée Littéraire 2019

Mes Lecture City

En librairie le 21 Août 2019 !!!

 

brumes lisbonne

4e de couv. :

Lorsque le téléphone de l’inspecteur Pereira sonne en pleine nuit, il sait que sa journée s’annonce compliquée. Il apprend en effet que le célèbre banquier Ornelas, bon père de famille, a été retrouvé empoisonné dans la villa de son amant, un célèbre médecin de Lisbonne. Pour les supérieurs de Pereira, l’affaire est limpide : c’est un simple crime passionnel et le médecin est coupable. Tout le monde semble toutefois un peu trop pressé de classer cette affaire. Quels secrets dissimule la veuve de la victime ? Et puis il y a ces rumeurs sur la gestion douteuse de la banque. Entre réseau de corruption et trafics en tout genre, l’enquête s’annonce difficile. L’inspecteur Pereira va devoir faire ressurgir des secrets et des scandales enfouis depuis des décennies dans les brumes d’une ville où l’envers du décor révèle progressivement toute sa noirceur...

Ma chronique :

C'est exactement le roman qu'il me fallait pur un moment de détente, j'ai visité Lisbonne et un peu le Portugal, j'ia dégusté des spécialités sans prendre un gramme. Cet été j'aurais fait le plein de roman policiers de tous genres.

L'enquête est menée par l'inspecteur Pereira, qui est si souvent nommé par son nom de famille qu'on en oublie son prénom "Jéronimo". il va nous initier à la cuisine portugaise et à certaines fêtes portugaises emblématiques dont la Saint Antoine le 13 juin (A noter dans nos agenda pour les prochaines vacances !).

Nous avons là un personnage récurrent (même si c'est la première enquête publiée chez City Editions et sous ce pseudonyme) bien campé. On a donc un policier la quarantaine, plutôt beau gosse, célibataire, amateur de couguars, esthète, fin gourmet et qui vit chez sa mère. Il n'est pas grand qu'une confiance en soi compense largement. Il a un frère marié et père de famille.

La famille a une grande place, avec ces ramifications soit elle protège soit elle est source d'informations. Un véritable laissé passer dans tous les milieux.

Dans la sphère professionnelle on a un chef soumis aux diktats politiques et à la hiérarchie. "Pas de vague et l'enquête est vite bouclée", voilà tout ce qu'il veut entendre. Ses subalternes qu'il appelle ses assistants sont très précieux. Godinho à un réseau  familial qui leur offre les petites portes où les secrets sont bien cachés. Moreira, elle affiche son homosexualité et son tempérament de feu.

Dans ce roman  l'enquête se fait pas à pas, le lecteur ne peut rien résoudre ou supposer car il n'a pas les éléments qu'après coup. A première vue on essai de faire passer la première mort pou un crime passionnel mais très vite d'autres portes s'ouvresnt et de lourds secrets seront révélés. Abus de pouvoir, détournement d'argent, trafic d'influence, religion, sectarisme, pédophilie, homosexualité... les sujets de réflexion ne manquent pas.

J'ai adoré me promener dans la ville, écouter du fado, boire du café aux noms multiples, manger des mets délicieux, bercée de mots en portugais, une invitation au voyage, même si l'inspecteur Pereira n'est pas tendre en ce qui concerne la politique et la justice.

Ce qui m'a fait sourire c'est la situation qui se répète qui donne un effet de comique de répétions, le pauvre Pereira est réveillé par son téléphone soit il est en plein rêve, soit il n'est pas dans son lit ... ce qui donne des conversations un peu brumeuses.

Je remercie les Éditions City de leur confiance.

 

city éd

RL19