Jérôme Leroy

Editions Syros, mai 2019, 381 p., 16,95 €

 

Mes Lectures Syros

Sortie en librairie jeudi 16 mai 2019

Coup de coeur

lou après tout 1

4e de couv. :

Lorsque la civilisation s’est effondrée, le monde allait mal depuis longtemps. Bouleversements climatiques, émeutes, épidémies inquiétantes et dictatures... c’était un monde en bout de course, où l’on faisait semblant de vivre normalement. Le Grand Effondrement était inévitable, mais nul n’aurait pu imaginer ce qui allait suivre.
Quinze ans plus tard, Lou et Guillaume font partie des survivants. Elle est adolescente, lui a une trentaine d’années. Il l’a recueillie quand elle était toute petite. Réfugiés dans une ancienne villa perchée sur un mont des Flandres, ils savent que le danger peut surgir à tout instant.

Ma chronique :

Dernièrement je vous parlais d’un roman adulte de Jérôme Leroy et je vous disais combien j’appréciais autant ses romans adultes que jeunesse, je ne vais donc pas recommencer mon petit laïus, il suffira de voir les romans que j’ai commenté sur ce blog.

Le grand effondrement est le premier tome de la trilogie « Lou après tout », le tome 2 est prévu pour octobre 2019 et le tome 3 en 2020. Pour l’instant c’est le roman que je préfère de cet auteur avec « Macha ou l’évasion ».

Ce n’est pas un hasard si je vous parle de « Macha ou l’évasion » car par certains aspects, il m’y a fait penser par instant. Ce roman m’a aussi fait penser à la trilogie des frères Costa de Laurent Whale, et à la série U4 aussi des post-apo. Chacun avec ses spécificités bien sûr avec des thématiques spécifiques à ce genre littéraire. On est dans un monde basé sur notre actualité mais avec quelques années de plus. Nous allons voir une interprétation personnelle de l’auteur des conséquences de notre inconséquence. Nos agissements d’aujourd’hui peuvent nous conduire à « ça » tant au niveau humain que planétaire.

On retrouve des sujets qui sont chers à l’auteur :  

Les dérèglements climatiques… pollution…

La montée de la violence institutionnelle et politique…

Les dérives de la violence…

La politique scolaire…

Le plaisir et l’importance de la littérature, de l’écrit pour rester humain… et la poésie pour aller au-delà des mots...

La technologie côté big brother ou les dérives des réseaux sociaux et autres mondes virtuels.

Nouvelles maladies liées à la technologie et à la pollution.

Manipulation des informations par les médias. Propagande par l’image. Censure pour cacher la réalité. Les zones faisant partie du « dehors » n’ont pas le droit de faire passer des images du présent. Eh oui les quartiers sécurisés qui existent aujourd’hui à petite échelle vont s’agrandir.

La mixité sociale, l’importance de prendre en compte comme une richesse… fractures sociales (oui au pluriel).

Le nord de la France d’où est originaire l’auteur nous est présenté comme une beauté en déliquescence dû à la paupérisation, dégradation du tissu social, professionnel etc.

Le grand amour perdu, qui s’accompagne de mélancolie.

L’amitié, la solidarité viennent heureusement réchauffer les cœurs et transmettre quelques rayons de soleil.

Il y a encore une multitude se sujets abordés.

« Lou après tout » est une série qui nous montre une fois de plus le côté engagé de l’auteur. Un roman qui pourrait éveiller des consciences et ouvrir les yeux.

C’est un roman très prenant et j’ai hâte de lire la suite.

C’est un roman pour les 13 ans et plus… je dirais bien que les adultes devraient le lire et le faire lire.

Je ne veux pas trop vous en dire pour vous laisser le plaisir de découvrir cette histoire.

« Le Grand effondrement » est un roman qui vous fera  bondir de votre siège, prendre votre kleenex ou d’avoir tout à coup envie d’aller prendre l’air et le soleil ou de parler à votre voisin, on souris parfois. Tendresse et violence tout est poussé à l’extrême. Un livre à mettre entre toutes les mains.

Je remercie les Editions Syros qui m’ont permis de le découvrir en avant-première.

 

syros

 

kokeshi coup de coeur

 Qui en Parle ?

Journal d'un éternel ado ?

 

 

norlande   macha

big sister

jugan     tard dans la saison

Et quelques autres...