Nathalie Stragier

Éditions Syros, 30 août 2018, 311 p., 16,95 €

Mes lectures Syros

Rentrée littéraire  2018

transparente

4e de couv. :

Être transparente au lycée, rarement invitée en soirée et ignorée dans sa propre famille, c’est une blessure, ça fait mal. Mais être invisible pour de vrai, se rendre en salle des profs incognito et disparaître dans les moments embarrassants… ça commence à devenir beaucoup plus intéressant !
À quinze ans, Esther cesse d’être une fille ordinaire et voit un nouveau monde s’ouvrir à elle. Pour l’adolescente trop discrète, la vie devient soudain passionnante. Et de plus en plus dangereuse.

 

Mon Billet :

J’étais curieuse de voir ce que Nathalie Stragier allait nous concocter après la fantastique trilogie « La fille du Futur » dont je suis fan.  Vous imaginez la pression !

Voici donc « Transparente » un roman de la Rentrée littéraire 2018, la pression continue pour ne pas être noyée dans le raz de marée de la rentrée. En même temps ce roman ado juste pour la rentrée scolaire c’est une bonne idée, car il traite du rapport de l’ado à son quotidien. L’adolescence et ses souffrances, pour certain c’est une période délicate avant l’acceptation de soi. Période de tous les dangers.

On découvre d’entrée une adolescente prête à disparaître complètement. Est-ce ce qui va déclencher ce phénomène étrange. Fugue, suicide sont des solutions que certains envisagent, ici la part de fantastique que nous propose Nathalie donne possibilité, un mélange des deux.

On découvre Esther juste au point de bascule.  On va voir que d’autres personnages souffrent mais cherchent des parades.

On va passer d’une étape à l’autre avec une touche de fantastique qui donne lieu parfois à des situations  drôles. Ce roman est classé à "Humour" dans le catalogue des Editions Syros. C'est vrai qu'il est présent cependant selon sa sensibilité on y verra plus les autres sentiments forts.

Dans un premier temps elle va subir, peu et appréhension de ce qui lui arrive avec personne pour l’aider. Ni la famille, ni l’ami, ni le médecin ne peuvent comprendre l’ampleur du drame qui se joue. Car ce qui pourrait être une solution à son problème d’adolescence est plutôt un problème supplémentaire.

Puis, elle va le tolérer, l’accepter et enfin essayer de prendre le dessus et l’apprivoiser et en jouer. Le fait de devenir actrice de sa vie va avoir des conséquences sur sa vie quotidienne et sur ses relations aux autres. Cela va t il engendrer un monstre ? Une délinquante ? Ne va-t-elle pas se piquer au jeu ?

Ce que j’ai aimé en dehors de l’histoire en elle-même, c’est qu’il y a deux narrateurs. Ce n’est pas un roman à la première personne, Nous avons un narrateur qui nous raconte à la troisième personne et un autre très étrange, parfois les deux semblent se mêler. En restant auprès d’Esther, on a ses pensées et ses sentiments et ses pensées et en même temps il a un rôle d’observateur, de manipulateur, un bourreau.

« C’est de cette façon que je remarquai Esther. Elle avait un potentiel pour devenir une de mes cibles, comme tant d’autres, mais autre chose chez elle avait attiré mon attention ». Voilà ce qu’on lit dès la première page. Cela ne titille pas votre curiosité ? Eh bien moi oui. Quel est cet observateur – prédateur ? Quel est son rôle ? Va-t-il intervenir ou laisser faire ?

Lorsqu’Esther va croire qu’elle maîtrise le phénomène, le mystère va s’épaissir. Nathalie Stragier ne se contente pas de faire vivre à son personnage des situations où elle va s’amuser au détriment des autres. Elle va jouer avec la colère, les envies de vengeance etc.

Le sujet pourrait être lourd mais Nathalie Stragier va dédramatiser  avec certaines scènes ou réparties drôles, caustiques, voire burlesque.

« Transparente » est un roman touchant, émouvant qui nous fait vivre toute la palette d’émotion qui submerge les adolescents, avec ses bons moments. Les ascenseurs émotionnels sont à leur paroxysme.

Je trouve la couverture magnifique lumineuse et positive, ce qui face au sujet traité est très approprier. Il y a un côté apparition qui vient se superposer.

Parfois le « destin » se fait plus cruel. Rien n’est acquis.  Lorsqu’Esther baisse la garde elle va devenir le jouet du destin. Ce n’est vraiment pas la solution miracle qu’elle a cru. Va-t-elle avoir assez d’influence et / ou de force pour s’en sortir ? Jusqu’à la dernière page le doute est là. Va-t-elle découvrir de quoi elle est capable ?

« Transparente » est un roman qui va parler à tous les adolescents. Ceux qui sont en souffrance leur montrer que ce n’est qu’une phase transitoire et que selon les choix et les rencontres que l’on fait on peut avancer ou basculer.  Facile à dire lorsqu’on en est sorti pas trop cabossé !

Un jour on passe de l’autre côté et on est impuissant face à ce que vivent nos enfants et on souhaite qu’ils fassent les bonnes rencontres…

Je remercie les Éditions Syros de m’avoir permis de le lire en avant-première.

syros

kokeshi RL2018

Qui en parle ?

Jangelis

 

Et vous l'avez-vous lu ?

Allez-vous le lire ?