Jean-Paul Caracalla

Éditions de la Table Ronde, La Petite Vermillon, 2018, 217 p.,  7,30 €

Mes lectures de La Table Ronde

en remontant le boulevard

4e de couv. :

Après Saint-Germain-des-Prés, Montparnasse et Montmartre, Jean-Paul Caracalla nous entraîne sur les grands boulevards de la capitale. Au fil d'une déambulation de la Madeleine à la Bastille, on croise Tristan Bernard, Alfred Capus, Georges Courteline, les deux Guitry, Georges Feydeau, Jules Renard, Aurélien Scholl... Comédiens, écrivains, journalistes mais aussi courtisanes ou directeurs de théâtre, gens d'esprit et de culture qui ont ébloui Paris à la Belle Époque. Avec eux, on pousse les portes des théâtres, on découvre par le menu les restaurants et les cafés à la mode, on pénètre dans des hôtels particuliers, on assiste à la création de journaux, on célèbre le septième art...

 

Mon Billet :

Il y a peu, je vous parlais de « Vagabondage littéraire » où Jean-Paul Caracalla convoquait les auteurs et leurs expériences à Paris avec extraits de leurs écrits sur le sujet. Ici c’est l’inverse, nous partons battre le pavé et croiser les écrivains,  artistes et autres personnalités. Grâce à cette démarche différente nous avons une autre vision de Paris. Cela fait plusieurs semaines que je me joue au voyageur immobile et que je croise certains lieux dans d’autres romans, cela fait écho à ce que nous raconte Jean-Paul Carcalla.

Par  exemple « le boulevard des Italiens, nombril du monde » je l’ai croisé dans « une vie en échange » de Loraine Fouchet.

La place de la concorde n’est pas sans me rappeler  le « Journal d’un étranger à Paris » de Curzio Malaparte.

 J’adore ces petits petites rencontres dans ma vie de lectrice.

Il y a un aspect historique qui vient nous faire comprendre comment tel ou tel artiste a été attiré par un lieu plus que par un autre. Ce n’est pas un hasard.

J’ai aimé me promener dans ce XIXe et début XXe siècle où l’on voit les changements techniques : fiacres, omnibus, métro… qui vont influencer les usagers du piéton au groupe de gens qui vont se côtoyer le temps d’un voyage.

On voit aussi les expositions universelles de Paris et l’envol de la technique qui commence à émerger (ex : trottoir roulant expo 1900)

Les hommes politiques, on est dans la capitale, c’est là où tout se décide pour l’avenir du pays. La ville se transforme. Tout est lié La Politique et Arts ainsi que la Technologie.

J’ai été emportée par la narration de la création de l’Opéra Garnier.  De Napoléon à Gaston Leroux, en passant par Haussman et Charles Garnier, de Carpeaux  à Chagall… Les egos qui s’affrontent les légendes qui se créent.

J’ai découvert certaines facettes de Nadar (pour moi c’était juste le Photographe de l’époque).  Il fait parti de ses  visionnaire qui croyaient en leur rêves avec leur côté flambeur.

J’adore comment Jean-Paul Caracalla fait revivre ces personnalités qui ont fait les lieux et ces lieux qui ont fait ces personnalités.

Livre très documenté mais qui montre aussi l’érudition de  Jean-Paul Caracalla et son attachement à Paris et ses artistes.

Je ne vais pas tout vous dévoiler, je vous laisse partir à l’assaut des grands hommes…

Je remercie les Éditions de la Table Ronde pour leur confiance.

table ronde

petite vermillon R