Kina Kudréva

Violaine Costa

Editions Elitchka,2017, 64 p., 15 €

 

Babelio/ Masse Critic/ Elitchka

 

22688492_1095381453898957_9042628358818817019_n  

20180620_152421-1

 

4e de couv. :

[Rosinka goutte de rosée]
Rosinka est joyeuse, Rosinka est insouciante : elle est la plus adorable des gouttes de rosée ! Née dans les pétales de sa Renoncule qui l’aime à la folie, elle y retourne chaque soir, au crépuscule. Mais le jour vient où Rosinka désirera explorer le vaste ciel et partir en voyage avec le Rayon de soleil espiègle, son compagnon de jeux…
A travers cette métaphore autour du cycle de l’eau, Kina Kudréva livre un conte tendre sur les relations humaines et le besoin qu’a l’enfant d’explorer le monde.

[Conte de la Grande et de la Petite Ourses]
Dans l’infini de l’Univers, loin de la Terre, vivent deux Ourses, la Grande
et la Petite. Elles se sentent si seules et si isolées dans cette immensité qu’un jour elles décident d’aller sur la Terre, la planète de leurs rêves ! Mais comment fait-on pour aller sur la Terre quand on vit parmi les étoiles ? La Grande Ourse a une idée : attraper sept étoiles et construire… une voiture !
Avec humour et poésie, KIna Kudréva aborde les secrets des étoiles et incite l’enfant à déchiffrer les dessins de ces constellations qui font rêver l’homme depuis la nuit des temps, recelant tant de mystère !
Une page annexe des notions curieuses est insérée à la suite du conte.

 

Mon Billet :

Ce double album est magnifique. Le format (245x280) est grand et permet de mettre en valeur les illustrations et un texte aéré. Le papier glacé blanc est agréable au touché et à l’œil,  les petites mains aimerons. Les deuxième et troisième pages de couvertures sont illustrés par un mélange des deux histoires. Lorsque j’ai reçu le livre j’ai découvert une maison d’édition, une autrice et une illustratrice qui donnent envie de tout de suite se plonger dans ses deux histoires bien distinctes.

J’aime beaucoup ses histoires qui essaient d’expliquer l’univers d’une manière poétique, une tendance à l’imaginaire au conte plus qu’à l’approche scientifique !

"Rosinka goutte de rosée"

C’est la première histoire que j’ai eu envie de découvrir, que voulez vous c’est mon côté « Rose-Marie » (mon prénom). Il n’y est pas question d’une rose mais d’une  renoncule, ce n’est pas courant comme personnage ! Nous allons entrer dans un jardin, la nature ici est souriante. Les fleurs on un  visage très expressif en leur cœur. Le rayon de soleil aussi a une apparence enfantine.

La renoncule joue le rôle maternel et protecteur, plein de tendresse et de douceur. Rosinka va quitter sa fleur enracinée pour partir en voyage avec le rayon de soleil vers l’inconnu. Nous allons suivre ce fabuleux voyage où elle se métamorphosera et vivra des aventures. Ce reverront-elles un jour ? Je vous laisse découvrir.

C’est tendre et émouvant. On commence par un regard sur le jardin avant de descendre vers le cœur de la fleur avant d’avoir un regard vers le ciel. Le mouvement et le temps qui passe, on a vraiment  l’image du cycle… une ouverture d’esprit.

"Conte de la grande et de la petite ourse"

Pour la petite anecdote mon fils qui ne m’a pas attendu pour lire ce livre à commencé par ce conte.

Cette fois-ci nous levons la tête, vers les étoiles où vivent la grande et la petite ourse dans leur maison elles s’ennuient de vivre seules. On ne verra plus les étoiles filantes de la même façon. Les illustrations sont très colorées, un mélange de contrastes et de nuances. Les formes arrondies sont privilégiées, les yeux ronds sont doux.

Elles portent une cape couleur de nuit où sont dessinées les constellations. Elles sont assorties. Ici aussi il est question de voyage mais dans cette histoire est mis en avant les étapes. Il ya la grande qui sait et la petite qui apprend. Les dialogues sont importants pour cette transmission des connaissances.

A la fin de chaque histoire (dont partie centrale) il y a des informations sur l’autrice, l’illustratrice, la maison d’édition et un « savais-tu ? » autour des étoiles, une façon d’aller plus loin dans la lecture. C’est toujours intéressant ces petits plus.

Ces deux histoires sont très différentes, deux  approches du  voyage de formation. Dans un cas on la plus jeune va faire sa propre expérience, dans l’autre c’est l’adulte qui va lui indiquer comment faire.

Je remercie Babelio qui m’a permis de découvrir une maison d’édition alsacienne dont le but est de promouvoir la culture Bulgare. Je ne connaissais pas du tout.