Cypora Petitjean-cerf

Editions du Serpent à Plumes, 2018, 251 p., 18 €

Mes lectures du Serpent à plumes

 

comme le cristal4e de couv. :

Lisette et Ada sont deux cousines. Lisette aime lire et Ada a tout le temps mal quelque part. Lisette rédige des notices fleuries, pimpantes, pour des brochures commerciales, Ada travaille pour une grande surface et est amoureuse du pharmacien.
Elles s’entendent comme chien et chat, comme le chaud et le froid ; et entre elles, il y a Franz.
En août 1988, alors qu’ils écoutaient Powerslave d'Iron Maiden, Franz a embrassé sa cousine Ada sur la bouche. Si elle ne s’en souvient plus, lui ne l’a jamais oublié et l’aime encore de cet unique baiser partagé.

Mon billet :
Et puis il y a le canapé de leur enfance. Un matin il est posé devant chez Franz, quinze ans après sa disparition dans un camion-benne. Après quelques jours il disparaît à nouveau. Avant de réapparaître. Et encore.

Cypora Petitjean-Cerf évoque avec humour et précision tous ces doux rêves/fantasmes éveillés qui rythment les vies des gens normaux, qui font leurs courses le samedi matin.

Cypora Petitjean-Cerf est au sommet de son art dans ce roman minimaliste et tendre. La simplicité de ses personnages, de leur vie, de leur passé, de leurs espoirs se lie admirablement avec les enjeux éperdus de l’amour.

J’étais curieuse de découvrir ce roman. Cette histoire de canapé de l’enfance qui réapparaît à l’âge adulte au point d’envahir la couverture du livre cela intrigue.

Il faut dire aussi que je suis toujours très intéressée par les auteurs qui traitent du quotidien ordinaire. On a une part de nous qui s’identifie à une époque, un mobilier, des habitudes de vie, on se rend compte que finalement on a des points communs (ou pas !).

La thématique de la famille est un sujet qui m’intéresse.

Si vous cherchez l’action, les coucheries et les grands voyages passé votre chemin. Par contre si vous aimez les histoires où les petits détails, les petits « rien » viennent modifier le paysage de manière imperceptible, ce roman vous plaira.

J’ai eu l’image d’un vase qui se remplit goutte à goutte et j’attendais qu’il déborde ou se brise. C’est peut-être à cause du titre. Le cristal représente, la pureté et la fragilité, mais que cache sa transparence ?

J’ai aussi eu l’image de ces boules de neige qu’on secoue et qui semble s’animer pendant un temps jusqu’à ce que les paillettes retombent, et  entre les deux les scènes  ne sont plus tout à fait les même.

Les personnages semblent bloqués plus ou moins en 1988… l’adolescence, premier baiser et mort accidentelles des copains. L’histoire se déroule en 2013, ils ont une maison, du travail et vivent en vase clos comme dans une bulle de cristal qui empêche d’entrer en contact, une fragile barrière de protection.

Ce qui frappe dans ce roman, c’est l’absence de parents adultes de plus de 40 ans. Les parents d’Ada, Lisette et Franz sont morts du cancer. Ils sont omniprésents par l’éducation qu’ils ont donnée à  leurs enfants. C’est peut-être cela qui donne cette impression d’image figée. Plus de nouveaux conseils, pas d’évolutions. Leur mort n’a pas suffit à émanciper ces jeunes adultes (35-40 ans).

Ces trois cousins se sont fait une image du monde et ont continué à fantasmer sur des possibles sans arriver à surpasser certaines barrières jusqu’à ce printemps 2013.

On ne voit pas non plus les parents de Gretchen, Anne-Céline, Cyril, M. Paillet ou M. Christophe Renard…

Gretchen, elle aussi est bloquée dans une relation toxique, elle aussi va bénéficier de cet air printanier pour évoluer. Petit bémol il y a des petites incohérences autour d’Emile (vocabulaire et connaissances), comme pour montrer qu’il n’a pas une évolution normale.

J’ai adoré le personnage d’Anne-Céline, fille de la terre, avec son langage fleurie, qui ne s’embarrasse pas de considérations protocolaires.

Les personnages masculins sont très coincés dans leur quand à soi, ce sont les filles qui doivent avoir les initiatives et faire le premier pas. On notera qu’il y a un personnage qui n’apparaît qu’avec son prénom et un autre avec juste une initiale.

Il y a le petit côté de réalisme magique avec le canapé qui apparaît et disparaît, il y a toute la pensée magique des personnages qui cherchent des signes. On a par exemple Lisette qui se raccroche à son vieux maillot de bain anglais puis à la salopette de Anne-Céline, il y a la partie onirique (rêves nocturnes et rêves éveillés), il ya les messages subliminaux des publicités et autres.

Un autre détail a attiré mon attention celui du miel… j’ai bien sûr pensé à « on n’attrape pas les mouches  avec du vinaigre » non plus sérieusement, c’est l’histoire des tartines : tartines de miel, tartines de fromage, tartine de fromage au miel. Finalement petit à petit, on teste, on découvre et on apprend à aimer de nouveaux goûts… une jolie métaphore pour ce que vivent les personnages.

Il y a l’idée de constance. Dans un premier temps, on à l’impression que rien ne doit bouger pour être heureux. Et même lorsqu’ils constatent qu’ils ne sont pas heureux ils ont du mal à tourner la page.

Je n’ai pas spécialement aimé les personnages au début car ils ne sont pas présentés comme des personnes sympathiques  (la lectrice que je suis est difficile !). Ils se parlent mal à eux même et aux autres. Petit à petit mon ressenti à évolué en même temps que ce que je découvrais sur eux.

Leurs pensées intimes prêtent parfois à sourire, ils se retrouvent dans des situations drôles ou grotesques, et l’humour n’est pas le ton adopté pour raconté leurs aventures, il est juste là pour alléger certains sujets graves. Je n’ai noté aucune ironie dans le texte, quoique… que penser du nom du domaine du « grand gland »  ou d’autres patronymes?  J’ai eu l’impression  qu’il y avait  une certaine distance avec l’objet d’étude.

J’ai aussi aimé l’idée que tous les personnages se mettent à écrire au même moment des choses différentes mais avec le même but se faire du bien.

Les roman est divisé en  cinq parties et à l’intérieure de chacune les bouts d’histoires sont simplement séparés par un astérisque.

Une coïncidence veut qu’en ce moment je sois repartie sur « la poétique de l’espace » de Gaston Bachelard (suite à des émissions de radio) et j’ai tout de suite fait le lien avec ce roman. Dans « Comme le cristal » il y est question de maisons et Gaston Bachelard nous en parle aussi.

Il y a Ada avec sa maison en zone inondable, en face de l’Intermarché où elle travaille. A un certain moment elle va se mettre à nettoyer, ranger, explorer sa maison de l’entrée au grenier, le moindre placard, tiroir ou carton va y passer, pour son grand soulagement. Et pourtant elle ne connait pas le travail de Marie Kondo !

Il y a Franz qui a acheté il y a bien des années un pavillon dans le même domaine où il habitait avec ses parents. Il va aussi repenser de la cave au grenier la décoration et le rangement de sa maison.

Il y a lisette qui elle a acheté hors du village natal et qui a acheté une vieille bâtisse qu’elle a transformé en gîte  (famille de substitution ?). Elle c’est sa garde robe qu’elle a vidé et modifié (d’ailleurs elle passe sont temps dans sa piscine par tous les temps !)

Gretchen va rechercher dans sa cave une partie cachée de son passé, et quelle va partager  avec son fils puis avec les autres, ces tableaux, ses œuvres (là je le relierai à sa maternité très compliquée). Elle va pouvoir être fière de sa création : son fils. Elle sort beaucoup de choses de son four, de sa camionnette… L’état du pain et des pâtisseries sont des reflets de ce qu’elle vit.

Vous l’aurez compris ce roman très singulier m’a beaucoup plu car très travaillé et recherché malgré la simplicité apparente. Par delà les mots, je me suis laissée emportée  par ces vies plus complexes qu’on ne croit.

Je remercie les Éditions Le Serpent à Plumes pour leur confiance.

 

serpent à plumes