Jean-Christophe Tixier

Éditions Syros, janv. 2018, 171 p., 6,95 €

Mes lectures Syros

DMDD

4e de couv. :

Mat et Félix sont sidérés devant leur écran : Tim et Léa ont réalisé une vidéo hallucinante avec saut périlleux en skate, atterrissage dans une piscine et baiser final, tout ça sous l’objectif de deux caméras… C’est maintenant au tour des garçons de faire encore plus fort s’ils veulent remporter la battle de skate à distance. Quitte à se mettre en danger, Félix décide de provoquer une course-poursuite en pleine rue. Objectif « DMDD » : dix minutes de dingue !

 

Anecdotes :

Un livre très attendu ! Des fois on se demande qui est la gamine à la maison !

 

Mon billet :

Ce roman est le troisième de la bande à Tim. Il peut se lire indépendamment, cependant on perd un peu en intensité. En effet, même si à chaque fois les décors et les histoires commencent  et se terminent dans le volume. Les personnages eux s’enrichissent en expérience, en traumatismes et en émotion. Je ne dis pas qu’ils grandissent puisqu’il seul quelques mois les séparent de la précédente mésaventure. Tim habitait une cité de banlieu près de Felix et de Mat… Lorsqu’il déménage avec ses parents en province il rencontre Léa qui intègre la bande de départ. Contrairement à ce qu’on pouvait envisager a dans le premier épisode leur amitié continue grâce à internet et au téléphone. On retrouve donc quatre adolescents qui s’envoient un défi de skate, leur sport favori.

Dans ce troisième volet c’est Felix  le narrateur et le personnage principal. On a la mise en avant d’un des personnages dans son milieu avec ses spécificités. Il a beau connaître les codes qui régissent sa cité et reste un « enfant ».

L’histoire démarre en douceur avec cette idée de défi à filmer. Il faut trouver le scénario, les accessoires,  penser aux figures et à l’aspect technique. C’est le côté aventure.

On est dans des relations entre jeunes, entre copains plutôt tranquilles. C’est le temps des copains.

Les relations avec la famille ne sont  pas toujours évidentes  à l’adolescence et en fonction du contexte familial cela peut se compliquer. On voit ici plusieurs cas différents.

On a ensuite les relations avec le voisinage et les problèmes intergénérationnels. On ne sait pas toujours qui sont nos voisins !

L’apparition de filles au sein du groupe vient un peu perturber le fonctionnement du groupe.

Tous ces aspects relationnels n’empêchent pas l’humour et les taquineries entre les personnages.

Les questionnements  et les situations nous montrent qu’on est bien dans le changement et la transitions que l’adolescence. Des thématiques qui peuvent « parler » au lectorat ciblé.

Puis, survient le « drame » et là on se dit que ça va partir en vrille. Tout en se demandant comment intégrer cela pour des lecteurs de 11 ans. On suit les personnages dans les rebondissements de plus en plus dangereux. Quel suspens ! La mésaventure pourrait tourner très mal… la dernière partie du roman est très intense. Comment va se résoudre le problème ? l’Epilogue c’est un peu le débriefing, c’est très intéressant cette façon de terminer.

Dans les deux premiers volets  on été dans le monde Tim à la campagne. Ici par contre on est en ville. L’ambiance est différente. De plus la dynamique de groupe ne fonctionne pas de la même façon. Jean-Christophe Tixier n’exploite pas une formule qui a bien marché la première fois puisqu’il modifie beaucoup de paramètres.

C’est avec impatience et curiosité que j'attends le prochain épisode… dans un an ?

Je remercie les éditions Syros pour leur confiance.

syros

dix minutes   dix mini trop tard