Anne Idoux- Thivet

Éditions Michel Lafon, 2018, 347 p., 17,95 €

 

Mes lectures Michel Lafon

atelier des souvenirs

4e de couv. :

Lorsqu’elle hérite de la maison de sa grand-mère dans la Meuse, Alice décide de quitter sa vie de thésarde parisienne qui ne mène nulle part et de s’installer à la campagne. Elle se lance alors dans l’animation d’ateliers d’écriture dans deux maisons de retraite. Suzanne, Germaine, Jeanne, Élisabeth, Georges, Lucien… les anciens dont elle croise la route sont tous plus attachants les uns que les autres.

Au fil des séances d’écriture, les retraités dévoilent des bribes de leur passé et s’attachent à la jeune femme, dont ils devinent la solitude. Bien décidés à lui redonner le sourire, la joyeuse bande de seniors se donne pour mission de l’aider à trouver l’amour !

 

 

Mon avis :

J’ai choisi ce roman pour le titre et parce qu' il entre dans au moins trois des catégories que j’aime bien en ce moment.

C’est un feel good,  c’est a dire ses roman doudou qui font du bien au moral et qui sont basés sur des valeurs positives et l’amélioration de son estime de soi et des relations à l’autre. On nous parle de problèmes quotidiens de gens « ordinaires » : solitude, estime de soi, trouver sa place dans la société et un travail valorisant du côté de ses jeunes gens qui sont dans les premières années de la vie active. Pour les personnes très âgées (+80 ans) on a comment envisager les années qu’il leur reste à vivre, se contenter du passé et du présent ou parler aussi d’avenir dans les projets de vie dans cet isolement du veuvage et de la coupure avec le quotidien de la société.

Ce roman met en scène des personnes très âgées sorties de leur contexte familial. On ne voit pas les réalités de la majorité des EPAHD. On va dire que c’est la vision partielle. On voit ces personnes là à un moment donné. On ne voit pas comment leur famille les ont perçu pendant leur jeunesse. On a leur point de vu dans leur rétroviseur personnel. Et il n’entre en aucun moment l’idée de culpabiliser les familles.

La troisième catégorie dans laquelle j’inclus ce roman, c’est celui  du bien être apporté par la lecture et l’écriture. Ce roman effleure les problèmes de ses personnes âgées : problèmes de vue, de motricité, de mémoire et du laisser aller.

On va donc suivre les aventures d’une dizaine de retraités sur deux maisons de retraites et de trois jeunes gens qui travaillent avec eux. Il va y avoir une partie sur les relations intergénérationnelles avec madame le maire (comme elle veut qu’on l’appelle) qui va jouer à la fée marraine.

Ce roman est intéressant car il y a plusieurs niveaux de lecture. Anne Idoux-Thivet va faire une excellent travail d’écriture en nous proposant de la narration, de la poésie, de la correspondance, du journal intime, des collages etc. à travers se quelle fait vivre à ses personnages. Ce qui compte c’est s’exprimer.

Le fait que les personnages n’aient  pas d’implication émotionnelle n’étant pas de la famille permet une certaine bienveillance et une distance. Il y a un cas où la fille est présente et ce n’est pas le même rapport à la personne. J’ai adoré à deux ou trois reprises un membre de la famille est mis à contribution, inversion du rôle puisque ce sont les aînés qui demandent aux plus jeunes.

J’ai eu peur au début d’avoir un exercice et les dix copies à chaque fois. Mais ce  n’est pas le propos de ce roman, ce n’est pas  un cahier d’exercice avec des exemples corrigés ! Les différents genres littéraires mis en œuvre sont sensés représentés plusieurs personnalité et personne. C’est très crédible dans la mesure ou les participants on eu une certaine vie ou l’écrit à eu son importance, en même temps on ne voit pas vraiment les brouillons. L’autrice nous donne les références de deux expériences en fin de volume pour ceux qui voudraient aller plus loin chez eux.

C’est très intéressant car à travers tous ces écrits ce sont les portraits des différents personnages que l’on découvre, leurs pensées, leur passé et ce qu’ils sont au fond d’eux.

C’est très agréable de voir tout le monde se prendre au jeu et pas seulement  les « petits vieux » et les enfants. Ce travail d’introspection fait aussi avancer l’intrigue qui se joue au présent.

Il y a de la drôlerie avec le « Alice Project » et l’intervention d’éléments extérieurs au niveau mondial.

Je disais dernièrement qu’on avait une émergence de romans avec des « petits vieux » écrits par des jeunes femmes autrices qui les mettent dans des situations cocasses. Des personnages au caractère bien trempé qui n’ont plus rien à perdre donc qui se laissent aller à dire ce qu’ils pensent, souvent c’est l’humour et la tendresse  qui prédominent.  Ici c’est la douceur et la bienveillance qui nous accompagnent  dans des situations parfois douloureuses qui pourraient traitée  de manière plus tristes.

C’est toujours enrichissant de voir tous ses gens qui croient n’avoir rien en commun puisqu’ils ne se connaissaient pas avant  d’intégrer ces structures découvrir qu’ils ne sont pas si différents que cela. Mettre son ego de côté pour se faire de nouveaux amis.

Il y a toutes les trames « amourettes » en toile de fond qui sert de fil rouge. Je vous laisse découvrir …

Le rôle de tous les intervenants et associations est primordiale pour la qualité de vie des personnes âgées.

J’ai pris grand plaisir à lire les péripéties  de tous ces nouveaux amis… Ils me manquent un peu…

Je remercie les Éditions Michel Lafon pour leur confiance. Je suis curieuse de voir ce qu'écrira cette jeune autrice...

 

lafon

 

Qui en parle ?

Jangelis

 

 

voici d'autres idées lecture :

mémé dans les orties    tu comprendras  

bonheur pas de rides    vieux pas anniversaire

a melie sans mélo