Renaud Marhic

Editions P'tit Louis, mars 2017, 188 p., 9€

9782373730234

Lu dans le cadre du livre voyageur

 

lutins urbains 44e de couv.

On les croyait disparus à jamais, chassés de nos contrées par la modernité.

Erreur ! On peut bien avoir construit des villes à la campagne,

les lutins se sont faits urbains !

Et ils n’ont rien perdu de leurs pouvoirs d’agaceries, tracasseries,

et espiègleries…

On a volé le jouet préféré du pacha-héritier ! C’est en visite dans la Grosse Cité que le jeune prince du Pépettochistan a été dévalisé. Du coup, son père menace de déclencher la 3e Guerre mondiale si le responsable n’est pas retrouvé…

Voilà un travail pour Gustave Flicman. Car selon les autorités, aucun doute : encore un coup des Lutins Urbains ! De retour à l’Université d’Onirie, c’est pourtant un tout autre voleur que notre héros découvre…

L’étrange coupable et son complice, Le Troll, ne tardent pas à quitter la ville. En voiture Simone ! Gustave décide de suivre le duo. Il ne sait pas que l’attend le plus fou, le plus périlleux des voyages qu’il n’ait jamais imaginé…

Si vous voulez obtenir votre diplôme de Dr en Lutinologie à la fin de votre lecture cliquez ici

 

 

Mon Billet :

A la question « Puis-je lire ce tome 4 si je n’ai pas lu les précédents ? » je répondrais oui car le narrateur nous donne les informations  qui complètent les événements présents. Toute fois je vous recommande d’avoir la série sous la main pour enchaîner les loufoqueries…

 

C’est un grand plaisir de participer au «  livre voyageur » que Renaud Marhic fait passer de blog en blog.  J’ai pu retrouver le pauvre Flicman dans ses démêlées avec le monde Onirique. Il va croiser la route d’anciennes connaissances qu’il voudrait pour certaines  ne pas avoir rencontré  et bien sûr il va nous faire découvrir de nouvelles terreurs…

On retrouve les personnages plus ou moins où on les avait laissés. On a même des nouvelles des personnages dqui ont disparu à la fin de l’épisode précédent.

Petit changement par rapport aux autres titres déjà publiés une couverture semi-rigide. On retrouve les illustrations de Godo, en couleur pour l’extérieur et en noir et blanc à l’intérieur. Nous apercevons un personnage qui me fait penser au reporter de l’imaginaire.

Les titres des chapitres peuvent simplement être informatifs soit le l’occasion de faire de l’humour : Un yéti dans la charcuterie, le retours sans détour, un abominable coupable…

J’ai beaucoup aimé ce quatrième tome qui tout en gardant les lignes directrices de la série nous offre de nouvelles aventures et références. A commencer par le nouveau personnage et ses relations avec le monde Onirique.

On a quelques scènes fortement inspirées du cinéma comme la scène du camion comme dans « duel » ou l’entrée en scène de zombies et morts-vivants et films d’action et quelques autres. C’est là qu’on remarque que  ces histoires sont très visuelles.

En ce qui concerne les volontés d’un dictateur et de sa progéniture cela ne fait aucun doute que ni le narrateur ni Flicman n’apprécient ces façons d’agir. Ce n’est pas s’en rappeler certaines attitudes reportées dans les journaux ou des légendes Urbaines.

La punition  injuste promise à Flicman est bien trouvée, elle implique que la magie est aussi présente ailleurs.

Notre cher Flicman va encore devoir se dépêtrer entre le monde réel et onirique. Il apparaît de plus en plus comme une marionnette du système.

L’auteur joue avec les apparences, qui est qui , et la réalité est-elle se que l’on croit dès lors que le grand Groumf entre en action… on ne peut se fier  rien…

L’humour est primordial pour mieux faire passer les notions de justice et d’injustice. J’aime toujours autant les digressions et réflexions du petit reporter de l’imaginaire dans les notes en bas de page les « Psiiit » plus ou moins longs.

J’ai trouvé la fin plus maîtrisée même si les rebondissements et les éclats magiques sont toujours aussi rocambolesques. Cependant moins abracadatabresque…

C’est un roman jeunesse sans aucun doute mais les adultes à l’imagination débordante y trouveront leur compte car les références non précisées risquent de passer inaperçues.

Je vous laisse découvrir les mésaventures de Flicman,  les dialogues de sourds et liens qui vont se tisser…

Je vous rassure il y aura un autre épisode… si tout va bien !

Je remercie Renaud Marhic d'avoir pensé à moi pour ce livre voyageur.