Antonio Manzini

Traduit de l’italien par Samuel Sfez

Éditions Denoël, mai 2017, 292 p., 20,90 €

Mes lectures Denoël

B267334e de couv. :

Chiara Breguet, héritière d’une riche famille d’industriels du Val d’Aoste, étudiante brillante admirée de ses pairs, n’a plus donné de ses nouvelles depuis plusieurs jours. Persuadé que cette disparition est inquiétante, Rocco Schiavone se lance dans une course contre la montre pour sauver la jeune femme et découvrir ce que dissimule la façade impeccable de ce milieu nanti. Pendant ce temps, la neige tombe sur Aoste en plein mois de mai, et cette météo détraquée ne fait qu’exacerber la mauvaise humeur légendaire de Rocco.

Mon Billet :

Il y a des livres que vous dévorez et ensuite vous devez  attendre le prochain épisode. C’est ce qui fait le charme des romans policiers avec un enquêteur attitré.

L’intérêt de la lecture de ce type de roman, réside dans l’enquête et sa résolution ainsi que dans l’intrigue personnelle des personnages récurrents. Cependant,  ce n’est pas  gênant de lire ce roman avant les autres, l’auteur distille suffisamment d’éléments sur les spécificités de la série.

On apprend très vite les manies et réactions de Rocco. J’aime bien ces petits trucs qu’on attend dans la mesure où on donne un sens symbolique qui forge l’identité du personnage.

On voit si le personnage a évolué ou si certains actes sont devenus une part de lui-même. Il y a aussi une part comique dans les choses qui pourraient à première vue puéril, comme ses obsessions à ne se chausser que de chaussures, des Clark inadaptées à sa nouvelle région. il pleut s’en cesse et vous attendais le moment où il va mettre les pieds dans une flaque et où il devra battre le pavé sous la pluie et la neige détruisant ses chaussures de peau s’en suivent des scènes de mauvaises humeur, de colère, de tristesse voir de douleur physique. Un romain à Aoste qui ne veut pas s’adapter ou qui s’auto-puni au choix… Puis, il y a la quête d’une nouvelle paire pratiquement introuvable et le soulagement lorsque ses pieds blessés (maltraités) chassent les nouvelles Clark taille 44. Ces différentes étapes accompagnent l’enquête et influencent les relations  avec les autres. Ces collaborateurs ont  vite compris qu’elles servent de baromètre dans les réactions de leur chef. Ils tiennent les comptes depuis l’arrivée du sous-préfet neuf mois plus tôt.

Il a un rapport aux femmes très conflictuel. Elles essaient  de le retenir et lui fait tout pour pourrir les situations. Il ne veut pas ou ne peux plus aimer une femme car il n’a pas fait le deuil de Marina dont il retient une sorte de fantôme qui  fait partie de sa vie. Voilà un deuxième exemple d’automutilation le corps (chaussures) et le cœur (Marina). Bien sûr il y a toujours une femme qui s’accroche à lui et cela crée des étincelles dans ses relations conflictuelles.

On pourrait ajouter la cigarette et le cannabis. Encore deux autodestructions qui influent sur ses rapports aux autres. Il fume des Camel et continue à prendre les cigarettes de ses collaborateurs qui fument d’autres marques. Avec le cannabis, on rit de le voir se cacher pour fumer dans son bureau avec la fenêtre ouverte… personne n’est dupe. Cet élément fait partie de son aspect borderline. Il franchit parfois la frontière de la légalité, il s’arrange avec les lois. Il crochète les serrures, casse les vitres,  toujours pour une bonne raison, mais ces actes répréhensibles pourraient porter préjudice dans les enquêtes. Le juge Baldi essaie de rattraper autant que possible ses incartades. Mais heureusement il ne les connait pas toutes.

Je ne vais pas vous dévoiler tous les petites manies, défauts et qualités de Rocco. Rocco le cynique, le sadique, le robin des bois, jaloux et incontrôlable mais fidèle en amitié.  Tout semble se liguer contre lui…

C’est la troisième enquête qu’Antonio Manzini publie. Chaque roman a en dehors des spécificités (dont je viens de vous en énumérer certaines) une trame particulière. Il y a le côté polar avec la description d’une certaine société italienne. On y voit les bas fonds, les malfrats, petites frappes, petites gens dans la détresse, les sans papiers… mais aussi les notables, entrepreneurs, banquiers et notaires, hauts fonctionnaires… La corruption, les petits arrangements…

Ce qui m’a beaucoup plu dans ce roman, ce sont les enquêtes qui viennent s’insérer dans la narration, sans que Rocco soit au courant.  Nous avons donc tout ce quotidien avec les embrouilles « amoureuses », les problèmes de gestion du personnel, une enquête sur un accident avec une camionnette portant une fausse plaque alors que le propriétaire est au volant. Nous avons un texte en italique, la voix d’une jeune fille de 19 ans qui a été enlevée ligotée et abandonnée. Et personne qui semble la chercher. Ce texte en italique joue avec le registre de l’angoisse et de l’émotion. On la voit se battre, essayer de comprendre ce qui lui arrivé et où elle se trouve, mais la déshydratation et la panique font aussi qu’elle souffre et perd conscience…. Va-t-elle mourir ? Il attendre une soixantaine de pages pour voir arriver des informations extérieures.

Les deux enquêtes vont soulever d’autres interrogations. Là, on a l’Italie  dans toutes ses diversités qui s’invite. La place de la famille, la tradition, les règlements de compte, la corruption, la passion latine, clandestins …

Je ne vais pas vous en dire plus sur les enquêtes pour vous laisser la surprise…

Juste un mot pour dire que jusqu’à la fin, il y a de l’émotion et du danger… Cette terrible fin ouvre la porte à un prochain épisode et laisse le lecteur dans l’attente de la prochaine publication.

A chaque nouvel épisode je trouve que les histoires s'intensifient. Antonio Manzini tisse une toile au motif  de plus en plus complexe.

Je remercie les Éditions Denoël pour leur confiance.

Denoel

Retrouvez les enquêtes précédentes sur ce blog en cliquant sur les images :

piste noire denoël  froid comme la mort