Roland Fuentès

Éditions Syros, coll. Tempo, janv. 2017, 89 p., 6,35 €

 

Mes lectures Syros

citadelle

4e de couv. :

Mathis est invité à passer une semaine sans ses parents dans le chalet du sculpteur Luis Gero, célèbre pour ses vertigineux châteaux de glace à taille humaine. Au collège, Mathis ne se sent pas à sa place, on dit de lui qu’il est dans la lune. Aussi est-il à la fois impatient et inquiet de rencontrer ce grand artiste qui a la même passion que lui. Mais le soir de son arrivée, alors que s’annonce une tempête de neige, Luis Gero sort du chalet et disparaît.

Mon Billet :

Roman jeunesse très bref qui raconte une nuit particulière dans la vie de Mathis et de deux autres personnages. Je suis sûre que si vous le lisez un soir dans un lieu isolé avec du vent et de la neige dehors, votre nuit ne sera pas tranquille ! Ce n’est pourtant pas un roman d’horreur.

Il y a des situations qui engendrent quelques angoisses. C’est comme si les petites inquiétudes de Mathis face à l’inconnu se transformaient en présage. L’atmosphère dans le chalet se modifie au fur et à mesure qu’il sort de sont état de concentration et revient à la réalité.

Le personnage principal se retrouve seul dans un milieu qui lui est inconnu. Un chalet en pleine montagne sans adultes, ni moyens de communication. Dehors une tempête de neige est annoncée.

Il se met en mode d’autodéfense mentale. Il s’enferme  dans sa bulle pour sculpter du bois. Il n’entend plus rien et n’a plus de notion de temps. C’est peut-être la partie où  les lecteurs terre à terre risquent de tiquer. Cependant son esprit reste en éveil et va lui lancer des alertes et le garder connecter avec la réalité. Il va devoir affronter ses peurs pour retrouver et sauver son hôte et sa fille qui sont dehors et en danger. Il va devoir se surpasser.

Les évènements sont racontés de telle façon qu’on est dans les pensées de Mathis. Je pense que les jeunes lecteurs se reconnaîtront. C’est un roman qui traite aussi d’une passion. Mathis a un don pour sculpter par lequel  il exprime ses pensées les plus profondes.

Il va se produire une inversion de place. L’adulte est tributaire de l’adolescent. L’adolescent doit prendre des décisions seul.

La fin marque un changement de mentalité chez Mathis. Il a mûri en une nuit.

J’ai bien aimé les chapitres brefs et toute la thématique de l’ombre et de la lumière.  La neige, la glace, la blancheur qui se transforme en masse sombre et emprisonne tout dès que la nuit tombe, on retrouve là aussi l'image de la citadelle (dans toutes ses acceptions) . Et ce n’est qu’avec le retour de la lumière que les choses reprennent forme.

Je remercie les Éditions Syros pour cette découverte.

syros

chro citadelle