paris Duel

Paris sera toujours une fête

Paris sera toujours une fête

Les plus grands auteurs célèbrent notre capitale.
Folio, nov 2016, 128 p., 2€

4e de couv. : Paris grave, Paris insouciante, Paris occupée, Paris libre, Paris village, Paris grand’ville, Paris meurtrie, Paris reconquise, Paris monumentale, Paris secrète… Vingt-cinq grandes plumes de la littérature mondiale, classique et contemporaine, de Montaigne à Dany Laferrière, portent aux nues, en ses mille visages, la Ville Lumière.

 

Ce receuil de texte autour du thème de paris est né à la suite des attentats de Paris en 2015. Les textes sont assemblés par thèmatique :

Aimons Paris, capitale de la liberté !

Arrivée à Paris

Errances parisiennes

Réminiscence de lieux parisiens

paris préface

Préface

Danielle Mérian est née en 1934 à Paris, dans cette préface elle évoque sa vie à Paris. Cette parisienne depuis des générations a connu plusieurs facettes de Paris. Depuis le jardin du Luxembourg où elle jouait à la Nuit Debout sur la place de la République. Cette anthologie a été composée suite aux attentats de 2015 alors on est forcément émus lorsqu’elle parle du « mémorial des massacres ». Elle emplois des mots forts. On sent la véhémence.

 

 

Aimons Paris, capitale de la liberté !

Cette première partie donne la parole à quelques poètes

paris ferrière

Danny Laferrière, Paris 1983  (Haïti 1953)

Danny Lafferrière, né à Haïti en 1953, nous offre le souvenir de ce que je suppose être sa première visite à Paris (en 1983) où les fantômes des grands hommes font rêver le jeune haïtien plein de rêves. On sent grâce à ses références  qu’il a imaginé Paris à travers ses lectures avant d’y arriver.

paris hemingway 1

Ernest Hemingway, paris est une fête (USA 1899- 1961)

C’est à partir de ce titre que le recueil est né. Je suis tout à fait d’accord avec lui. J’ai visité une partie de Paris il y a près de quatre ans et je n’ai qu’une envie y retourner et flâner dans les rues. Ce texte nous rappelle combien Paris à toujours attiré les écrivains et les artiste et notamment les américains.

paris hugo

Victor Hugo, Paris (France 1802-1885)

Quelle Harangue ! On voit dans ce texte l’homme engagé qu’était Victor Hugo, la force de ses convictions et  la mise en avant de sa personne et de ses convictions.il fait appel à l’histoire. Il rappelle qu’il était contre la Royauté et l’Empire, qu’il est là pour avoir une place dans la jeune République.

Un discours trop martial  à mon goût  et un peu imbu de sa personne mais c’est Victor Hugo !!!

paris calligrammes

Guillaume Apollinaire, Calligrammes (Italie 1880-France 1918)

Ah les « Calligrammes » d’Apollinaires ! Que de souvenirs ! J’étais obligée de les écrire en ligne pour les comprendre et les apprendre. Je déconstruisais ses belles constructions car les dessins qu’elles formaient étaient certes très beaux avec un charme mystérieux que mon esprit n’arrivait pas à assimiler ! Celui-ci avec sa forme de tour Eiffel nous parle d’un temps bien sombre, la première guerre mondiale.

 ****************

Jean Giraudoux, La Prière sur la Tour Eiffel (France 1882-1944)

Ce texte fait face au « Calligramme » en forme de Tout Eiffel, c’est bien trouvé ! Jean Giraudoux compare la Tour Eiffel à un transatlantique. Est-ce une référence au bateau qui représente Paris, à une envie d’ailleurs et de voyage, à une idée de port d’attache  et d’arrivée.  Je ne sais pas cependant on note que la thématique de l’eau est le fils conducteur de texte. Je n’ai pas du tout accroché à ce texte.

paris aragon - eluard

Louis Aragon, Paris (France 1897-1982)

Le thème de la guerre, de la révolte, de la lutte et de la résistance, voilà bien Aragon, il nous évoque les différents combats que cette ville à connu. Cette évocation des morts pour les idées me donne toujours des frissons, cela m’effraie. Cela me fait faire un bond en arrière et aux années de lycée où il fallait trouver derrière les mots les idées de ce grand poète que je ne comprenais pas toujours.

****************

Paul Eluard, courage (1895-1952)

Qui dit Aragon dit Eluard. Alors autant je ne suis pas réceptive à Aragon que je le suis pour Eluard même si la poésie reste parfois très mystérieuse pour moi. Il évoque la guerre, la destruction, la violence et la mort. Il a une façon moins militaire de présenter les choses. Le focus se fait sur les civils et sur l’après.

paris prévert

Jacques Prévert, Paris est tout petit (France 1900-1977)

J’ai une tendresse pour ce poète qui me fait penser à un grand enfant. Il joue avec les mots et les expressions. L’utilisation des hexamètres donne un rythme primesautiers comme les enfants qui chantent des comptines en sautant à cloche pied ou à la corde.

 

Paris szeig

Stefan Zweig, Paris, ville de l’éternelle jeunesse (Autriche 1881 –Brésil 1942)

Ce texte nous raconte la fin d’une période. C’est du Zweig, il fait un constat. On sait combien la seconde guerre mondiale l’a touché au point de suicider plutôt que de survivre. C’est son côté chroniqueur d’un temps passé. J'y retrouve bien sa prose.

paris villon

François Villon, Ballade des femmes de Paris (France 1431-1463)

La liberté c’est ici celle des mœurs des parisiennes qui est évoquée, elles emblent très avenantes et sensuelles ! il semble avoir connu des femmes de toute l’Europe mais « il n’est de bon bec que de Paris ».

 

paris callet

Henri Callet, Le tout sur le tout (France 1904-1956)

Je découvre cet auteur. Il nous raconte son Paris. Celui qui l'a vu naître et grandir. Il raconte avec ses yeux. Nous nous promenons par la pensée. Il s'attache à la topographie des lieux les plus connus mais aussi aux événements qui y sont rattachés. Ce texte m'a plu par sa simplicité et ce côté "Voyez là-bas..."

paris montaigne

Michel de Montaigne, les Essais (France 1533-1592)

Le voyageur infatigable, curieux. on y apprend à travers cet extrait des "Essais" que Montaigne aime Paris et la France, mais qu'il ne s'aveugle pas, il voit ses défauts. Paris est la capitale, elle rayonne sur le Royaume de France et sur les pays qui l'entourent.

Il faut signaler qu'il aura connu 5 rois de France au cours de sa vie !

 

Fin de la première partie...

A lundi soir !

Merci à Langue Déliée pour les photo des pages ...