Michelle Kretser

trad de l'australien : Géraldine Koff d'Amico

Galaade Editions, fév 2016, 533 p., 26 euros

La voie des Indés nov 2016

Libfly // Galaade Editions

dérives des continents

4e de couv. :

Laura Fraser, orpheline de mère, a grandi à Sydney avec son père, froid et professionnel. Dès qu'elle le peut, elle quitte l'Australie et passe sa jeunesse à voyager en Europe. Elle y mène une vie faite d'escales, ne parvenant à se sentir à sa place nulle part. Ravi Mendis est, au contraire, parfaitement satisfait de son quotidien au Sri Lanka, entre sa femme, son fils et un emploi de technicien informatique qu'il adore. Pourtant, alors que la situation politique s'envenime, Ravi doit quitter en urgence son pays, fuir les horreurs de la violence ethnique pour trouver refuge à Sydney en tant qu'exilé politique. Laura, quant à elle, aux prises avec un inattendu mal du pays, retourne dans sa ville natale où elle dégote un emploi chez un éditeur de guides touristiques. Sur quarante ans, leurs existences se frôleront sans cesse et leurs histoires s'épanouiront dans le récit ensorcelant de Michelle de Kretser, jusqu'à ce que leurs destins finissent par se croiser. Dans un monde en mutation, où la globalisation des esprits répond à la fragmentation culturelle, Dérives des continents explore les myriades de raisons au déracinement, ce qui nous pousse à voyager ou émigrer et ce que nous découvrons alors du monde, des autres et surtout de nous-mêmes.

Mon Billet :

Je débute l’année avec la chronique d’un livre terminé fin 2016. Ce qui explique que ce roman soit dans le bilan 2016. (que je publierai d'ici peu)

Tout d'abord un mot sur la couverture qui est magnifique avec cette aile d'avion pour suggérer l'idée de voyages entre les continents et l'eau et la terre en contre bas pour nous ramener au titre du roman...

Deux vies en parallèle. Des chapitres sont consacrés à l’un ou à l’autre. Le nom et la période est notée. Il n’y a pas d’alternance régulière. On suit un petit moment l’un ou l’autre

Ces histoires vont des années soixante à 2004. On découvre leur situation familiale et les grandes lignes de leur enfance. On va les suivre dans leur quête de bonheur. Ravi le sri lankais et Laura l’Australienne de par leurs cultures différentes ont une approche bien différente de la vie.

Ce roman m’a surprise par son rythme assez lent. Pourtant les chapitres sont assez courts et on passe d’une anecdote de vie à l’autre.  On suit leurs vies, on découvre des choses sur les différents pays, sur leurs émotions etc. On se reconnait sur certaines scènes. Mais une fois terminer la lecture j’ai du mal à trouver les mots pour en parler sans paraphraser le texte.

Les deux  personnages vont aborder des sujets « universels » comme les sentiments amoureux et le sexe. Cependant chacun va les vivre selon leur culture et leur origine.

Les voyages et les déplacements sont aussi différents pour les uns et les autres. On a un peu tendance à voir la version occidentale et la version orientale.

Laura est toujours en quête d’un ailleurs meilleur en étant toujours contente de revenir vers ce qu’elle connait et ceux qu’elle connait. Son travail et ses amis. Elle n’a pas l’air heureux.

On les suit dans leur monde intime et dans leur travail.

Ce roman est une grande fresque contemporaine qui en trame de fond nous montre les quarante dernières années d’évolution de nos sociétés..

J'ai lu ce roman dans le cadre de la voie des Indés 2016. Je remercie Libfly et Galaade Editions.

libfly

galaade E