Carole Trebor

Editions Syros, Editions Nathan,  août 2015, 401 p., 16,90 €

 

Mes lectures Syros

 

jules4e de couv. :

Jules vit reclus dans son appartement du boulevard Saint-Michel, à Paris. Il n’a pas de nouvelles de ses parents, en voyage à Hong Kong lorsque l'épidémie a commencé de se propager. Le spectacle qu’il devine par la fenêtre est effroyable, la rue jonchée de cadavres. Mais il sait qu’il ne pourra pas tenir longtemps en autarcie. Pour affronter l’extérieur, Jules redevient le guerrier impavide qu'il était dans le jeu. Il va alors retrouver son frère aîné, qui se drogue et dont il ne peut rien attendre, puis secourir une petite fille qui a mystérieusement échappé au virus et qu'il décide de prendre sous son aile. Son seul espoir : le rendez-vous fixé par Warriors of Times.

 

Ma Chronique :

Après avoir lu Yannis, Koridwen en 2015, j’ai lu Stephan et  Jules avant la sortie « Contagion » dont je vous parlerais dès demain… je connaissais donc les grandes lignes communes mais aujourd’hui c’est à travers le regard, le corps et les sentiments de Jules que je vais assister aux événements tragiques.

Jules c’est le parisien, sa particularité c’est qu’il ne va pas voyager, il est au cœur de la capitale, il est déjà tout près du lieu de rendez-vous des Experts Warriors of Times . Il a la géographie des lieux en tête et navigue d’un quartier à l’autre.

Jules est plus jeune, il a quinze ans et il est encore au collège, c’est un geek qui vivait beaucoup avec / à travers le jeu WOT. Il y croit vraiment au message de Khronos, c’est sa raison de vivre, son espoir.

Tous les personnages de la série vivent des choses extrêmement dures. Mais je trouve que Jules est un cran au-dessus. Son histoire avec Pierre est extrêmement violente. Est-il mort ?... Est-il vivant ? il est en sursis, Va-t-il devoir le tuer ?… Le rejet, l’abandon, le possible retour… je n’en dis pas plus mais ce chaud-froid permanent est du. C’est un traumatisme psychologique et physique.

Heureusement il va croiser la route de minuscule et des autres et sortir de son isolement. Sans parler que les autres experts vont converger vers lui.

Il y a dans l’écriture et la présentation des faits par Carole Trebor un réalisme et une violence sans filtre qui donne au début du texte un coup de poing dans l’estomac. On se croirait sur un ring, elle assène un coup après l’autre. De part le sujet, les quatre auteurs doivent décrire des scènes d’horreur, mais chacun y va à sa façon.

Jules a du mal à se faire entendre. Il est un élément de cette communauté très organisée. Il n’a pas trop son mot à dire, il est peu consulté. Jules n’est pas dans l’ultra violence ambiante. Dans Paris s’installe un climat de guerre de territoire et de guerre civile mais ce n’est pas dans son caractère. Il a un physique de « plaqueur » alors on sollicité surtout son physique. Il a une force d’inertie qui fait qu’il a un temps de retard, il y a va à l’instinct sans calcul.

Les informations ne circulent pas à la même vitesse pour les quatre personnages. Jules par exemple comprendra pourquoi il n’est pas mort, que le 15 décembre soit presque deux mois après le début des décès (22 octobre) Psychologiquement cela modifie l’état d’esprit.

J’ai noté un point commun entre les deux garçons Yannis et Jules  ont eu besoin de rester dans leur personnage virtuel avant de supporter la réalité. Koridwen et Stephan, elles se sont jetées dans le réel immédiatement. Les deux filles ont fait appel au savoir familial. Koridwen la guérisseuse bretonne et Stephane la chirurgienne toutes les deux sont  dans les soins. Dans le même ordre d’idée Jules et Yannis sont ceux qui vont mal vivre toutes les révélations autour de Khronos.

Jules est un personnage qui intériorise dans sa chair les douleurs, qu’elles soient dues aux tortures ou autres injections. Il va lui falloir une intervention extérieure pour extraire « le mal » qu’on lui a implanté. Il parle peu et absorbe les informations. Pour renforcer cette sensation on a le personnage qui est d’abord cloîtré dans sa chambre au 5 ième étage de son immeuble, puis il séjournera dans les égouts, la sacristie (crypte), cave et fosse…

Je remercie les Editions Syros qui m’ont permis de lire la série U4 qui continue avec « Contagion » qui sera  en librairie le 3 novembre. A bientôt donc pour « Contagion » que je vais lire dès demain !

 

syros

yannis  koridwen  stephane

contagion

 

jules composé