Nathalie Stragier

Editions Syros, juin 2016, 463 p., 16,90 €

 

Mes lectures chez Syros

fille du passe

4e de couv. :

Ne retournez jamais chez une fille du passé ... parce que vous pourriez tomber folle amoureuse d’un garçon du Moyen Âge. ... parce que vous n'êtes pas la seule voyageuse du futur, et là, préparez-vous à un choc. ... parce que vous êtes nulle en histoire, et qu'une petite erreur de date peut mettre en danger l'humanité.

Mon billet :

Comme  le titre le suggère dans ce deuxième volet c’est Pénélope qui revient voir Andrea. Cette fois-ci ce n’est pas un concours de circonstance mais un acte volontaire. Et en effet Penelope va être notre narratrice. On va avoir ses sensations et ses sentiments, ainsi que sa façon d’appréhender les choses. Ce regard d’une fille qui observe les gens, ses réactions  nous permet de voir notre vie quotidienne avec un certain recul. C’est une focale, à travers son raisonnement décalé,  est très intéressante car ce qui nous parait normal n’est pas forcément logique en y regardant de plus prés.

Ce qui m’a frappé en lisant ce deuxième tome, c’est l’absence de mère. Absence qui faisait déjà partie de la thématique du premier tome, on avait noté la tristesse des deux filles. Des personnages féminins il y a en a mais pas de mère ni de grand-mère.  J’allais dire de femme en âge de procréer et de transmettre des valeurs, malgré la présence de trois filles de dix sept ans qui pourraient en effet avoir des enfants (quoique très loin de cette idée), elles n’ont pas de référent féminin  … Est-ce pour contre balancer l’absence de futur dans le futur ?

Seule la mère de Yoan fait une brève apparition et c’est elle qui est le lien avec le remède dès le tome 1, mais elle sort de scène et laisse la place aux gamines…

La seule femme adulte c’est la méchante. Elle est loin de d’être protectrice.

Et pourtant une absente va être au centre de l’intrigue.

Je vous avais dit qu’il y avait une piste que n’avait pas été développée. Nathalie Stragier va jouer un peu avec nos nerfs et nous laisser entrevoir des réponses à ce mystère.

Ce deuxième tome s’attache à nous donner des réponses à des questions laissées en suspens. Mais tout n’est pas résolu. Il faudra attendre la fin de la trilogie en 2017 pour tout savoir.

La mort est aussi très présente que ce soit cette menace qui plane sur les hommes, que celle non élucidée, sans parler d’autres violentes ou douloureuse. Bip Bip  ne pas spoiler… Mais point de deuil.

Autre sujet très important l’amitié. Toute la bande de jeunes va se soutenir, se chamailler et faire avancer les choses. Mais dans le monde des ados l’amour et la jalousie peuvent faire bien des dégâts.

La sexualité et abordée mais plutôt sur le mode je ne suis pas prête… Penelope va avoir des sueurs froides… on va rire mais pas elle !

J’avais peur qu’après la nouveauté du premier tome celui-ci soit moins surprenant. Eh bien non ! Nathalie Stragier continue à ménager du suspens, de l’émotion et des rires… Il y a des situations assez drôles dues aux gaffes de Penelope comme par exemple ses faiblesses en connaissances historiques, ses codes vestimentaires ou son manque de pratique avec la gente masculine.

La féminité et ses codes  voilà un sujet aussi de discorde entre Andrea et Penelope. Pourquoi Andrea refuse t elle de mettre en avant sa féminité ? Peur d’attirer un malade et  disparaître comme sa mère ? Pour rester en osmose avec sa famille composée d’hommes ? Pourquoi  tout à coup Penelope veut elle afficher sa féminité ? Pourquoi Andrea va-t-elle vivre aussi mal le fait quelle  puisse devenir  une autre Nelly ?

Trois autres personnages vont entrer dans l’histoire et créer une nouvelle dynamique et des rebondissements. Il va y avoir une accélération sur le dernier quart du livre et là on ne peut  plus lâcher le livre !

C’est un roman jeunesse avec  une fluidité dans l’écriture qui nous fait tourner les pages sans nous en rendre compte et en même temps il y a  beaucoup de sujets de réflexion sur les préoccupations des ados. Ça tombe bien puisque c’est un roman jeunesse, mais on peut le lire à tout âge, la preuve !

Que dire de plus sans spoiler… vivement l’année prochaine car la fin est un super cliffhanger…

Je remercie les Éditions Syros pour leur confiance et Nathalie Stragier  qui a partagé mes photos #instabook (voir plus bas)

 

 

syros

Comprendra qui lira le livre !

 

fille du passé 6