Penelope Fitzgerald

Editions de la Table Ronde, coll. Petit Quai Voltaire, 2016, 170 p., 14 €

traduit de l'anglais par Michèle Lévy-Bram

Une lecture  de la Table Ronde

libraire

4e de couv. :

Rien ne semble troubler la paix de Hardborough, aimable bourgade de l’East Anglia. Mais Florence Green, une jeune veuve, a décidé d’y ouvrir une librairie, ce qui déplaît aux notables de la ville. Florence voulait créer innocemment un lieu de sociabilité inédit ; elle découvre l'enfer feutré des médisances. Puis l’ostracisme féroce d’une partie de la population. Surtout lorsqu’elle s’avise de mettre en vente Lolita, le sulfureux roman de Nabokov. Alors, la guerre est déclarée, les clans s’affrontent, les personnages révèlent leur acrimonie. Florence sera très seule pour affronter le conformisme ambiant.

Mon billet :

Mon premier partenariat avec les éditions de la Table Ronde, et  plus précisément la collection Petit Quai  Voltaire, un joli livre, format moyen, et couleurs sobres blanc cassé et des touches de bleu lagon. Illustration en début de volume et en début de chapitre. J’ai eu droit à une carte et un MP avec ces illustrations.

J’avais déjà repéré ce roman à cause de son titre et du sujet qu’il traitait. Alors vous imaginez bien que je n’ai pu refuser la proposition. D’autant plus que ce livre sera lu aussi par mon club de lecture AUF.

Libraire, sur le papier c’est très glamour, mais dans la réalité, c’est autre chose. Ce livre est une retraduction (2004), du texte original de 1978 et l’histoire se déroule entre 1959 et 1960.

Je me suis dit que j’allais partir sur une jolie histoire. Celle d’une femme seule qui change de vie et qui décide de créer une librairie. J’imaginais l’accueil du village, les rencontres avec certainement du négatif et du positif. Mais que nenni, laissez tomber le feel good qui est à la mode aujourd’hui.

Nous sommes dans la société anglaise (mais ce pourrait être un autre pays européen) dans un petit village côtier. Un village moribond qui reprend vie dès que les beaux jours arrivent avec leur lot de touristes et les gens de la capitale. Nous avons donc d’un côté les notables et de l’autres les petites gens. Mettez au milieu de tout cela une gentille femme qui croit en son projet et qui y met son cœur et son âme. Elle va déranger et se heurter à d’autres projets ! Une guerre de pouvoir va se déclencher, avec sa cohorte de traîtres et de gens qui feront du travail de sape.

Il va y avoir des rencontres qui vont nous permettre de découvrir ce village et ses spécificités.  Changement de société où l’honneur et la parole donnée ne suffisent pas !

Jusqu’au bout, on soutient Florence qui incarne la probité, la loyauté et la sympathie. Chaque bonheur et chaque revers de fortune nous feront réagir. Jusqu’à la fin on ne sait pas qui va gagner… les rebondissements qui clôturent l’histoire vont tenir en haleine le lecteur.

J’ai appris des choses sur cette époque comme le travail des enfants et les changements de mœurs. J’ai aussi souris de voir cette dame avec ses principes cacher les cartes postales un peu trop olé olé et de s’emballer pour des marques pages artistiques. L’histoire autour de « Lolita » de Nabokov m’a fait rire et en même temps c’était intéressant de voir cette sortie littéraire vu à l’époque (du moins dans les années 70 époque de l’écriture du roman).

Florence est un personnage qui n’ai pas naïve mais de bonne foi et elle va se battre bec et ongle pour ce qui lui semble important.

Lorsque j’ai fermé ce livre j’étais bouleversée… Je n’en dis pas plus pour ne pas dévoiler l’intrigue… On ne reste pas indifférent, c’est tout ce que je peux dire !

Je remercie les Editions de la Table Ronde pour cette découverte.

table ronde