Mercedes Helnwein

Trad.  Francesca Serra

La belle colère,  2014, 369 p., 20 €

 

La Voie des Indés 2016

 

ballade d'Hester4e de couv. :

C'est l'histoire d'une fille qui ne veut pas aller au bal de promo, d'un apprenti poète qui l'a épousée pour trouver l'inspiration, et d'un petit garçon rondouillard qui, à défaut d'être cow-boy de l'espace, est ravi de tracer la route en camping-car avec eux.

L'équipée sauvage d'Hester Louise Day s'annonce comme un fiasco épique. Parce que la famille, même bricolée, ce n'est jamais un long fleuve tranquille, surtout quand on est recherché par la police et le FBI.  Hester, ça ne la dérange pas d'être rattrapée, mais pas tout de suite, pas trop vite.

 

Ma Chronique :

Qu’est ce que c’est la Voie des Indés ? Une façon de découvrir d’autres maisons d’éditions indépendantes qui ont des lignes éditoriales plus marquées et ont des projets bien à elles. Je ne connaissais pas la maison d’édition « la belle colère », je remercie donc Ridvil et Libfly de me l’avoir fait découvrir.

En recevant le livre, je me disais que le lecteur est conditionné… En effet, j’ai reçu un livre format brochet mais avec une couverture en carton recyclé avec  le nom de l’auteur et le titre écris en rose. Si j’avais vu ce livre dans une librairie j’aurais reculé… un livre à 20 € ça doit attirer l’œil avec un visuel …  Et j’aurais eu tord ! Dans l’idéal, c’est là qu’un bon libraire serait venu me dire vous connaissez cette maison d’édition ? Ou alors j’aurais regardé la 4 e de couverture… parce que l’auteure je ne la connaissais pas… 

Merci donc à La Voie des Indés de nous montrer que les maisons d’éditions indépendantes ne sont pas dans des stratégies commerciales comme les autres… parce que ce n’est pas la première qu’ils me font découvrir !

Lorsque j’ai choisi ce livre, je n’étais pas plus emballée que cela, ça avait l’air décalé et j’étais curieuse. Alors j’ai été la première surprise de plonger dans cette histoire au point de ne pas avoir envie de la finir pour rester plus longtemps avec Hester sur son parcours.  Je crois que je me suis identifiée à Hester. J’avais bien envie de donner des claques à la mère, au père et à la sœur entre autre !

Nous avons un récit à la première personne, nous sommes dont dans la vision d’Hester. On retrouve les caractéristiques du roman initiatique.

Hester a tout pour être heureuse une famille avec des projets  pour elle et des moyens financiers, une vie toute tracée sans aspérités, mais les sentiments vrais dans tout ça ? Sans pathos elle nous parle des souffrances de l’adolescence et des blessures de l’éducation.

Hester essais de se démarquer d’être elle-même et pas la petite fille parfaite qu’on voudrait qu’elle soit. Alors évidemment elle déçoit sa famille… mais elle, ce qu’elle veut c’est créer sa propre famille non pas avec des liens de sang mais avec des liens du cœur.

Hester a presque 18 ans, elle a des certitudes bien à elle et elle va se rendre compte qu’il y a bien des nuances quand on les mets en pratique.

Et voilà qu’Hester décide de prendre sa vie en main et pour cela elle a besoin de se marier… Elle trouve le mari idéal !!! Mais pas celui de toutes les jeunes filles de bonne famille… Tout semble simple dans son projet.

Elle est ce qu’on appelle un « cœur pur » elle ne voit pas le mal partout, elle donne sa chance à tous les gens  qu’elle croise. Et elle va attirer des gens, qui comme elle, ont leur ligne de vie  un peu flottante, ils escaladent leur montagnes intérieures.

Nous partons dans un road-trip à l'américaine entre la Floride et Chicago… enfin ça c’est ce qu’ils croient ! On a les grandes autoroutes  droites et sans saveur et les petites routes de traverses avec parfois des culs de sac, comme une métaphore de la vie ... on suit aussi les grandes et petites lignes de la pensée d'Hester et de ses acolytes.

On va découvrir cette adolescente en révolte passive contre la vie qu’on lui propose découvrir qui elle est et ce qu’elle ne veut pas… Pour ce qu’elle veut c’est un peu plus compliqué car elle découvre qu’elle a un corps et qu’elle ne peut pas tout gérer froidement.

Ce que j’ai aimé, c’est la façon dont Hester  parle de la réalité avec son prisme à elle. Elle a la naïveté de la jeunesse mais elle n’est pas niaise, elle a juste envie que la vie s’adapte à ses envies.

On va retrouver Hester et compagnie dans des situations décalées et parfois loufoques… On sourit et on rit mais pas que...

C’est un livre dont on a envie de raconter les enchaînements de situations créées par Mercedes Helnwein, une belle mécanique pour montrer les liens entre les B.A. et les conséquences.

Ce qui est remarquable aussi ce sont la plupart des titres qui sont tirés de chansons country (ou blues) on a un fil conducteur avec les stations de radio et les chansons qui font partie de l'Amérique profonde. On pourrait parler de contre point.

J’ai terminé ce roman qui est un coup de cœur et qui restera dans mes pensées pendant un moment.

belle colère logo

la voie des indés 2015

libfly

kokeshi coup de coeur