Maxence Fermine

Michel Lafon, 10 oct 2015, 134 p., 14,95 €

 

Mes lecture Michel Lafon

 

zen

4e de couv. :

« Chaque jour, de l’aube au crépuscule, Maître Kuro pratique l’art subtil de la calligraphie. Une activité mêlant la peinture à l’écriture dont la frontière est si ténue qu’elle en paraît invisible. »

 

Ma chronique :

La couverture est sublime en accord parfait avec l’histoire.

Ce roman est un coup de cœur. J’ai aimé le sujet et son développement.

Quand au langage c’est de la belle ouvrage. A la hauteur du sujet. C’est un roman qui traite de l’art de la Calligraphie japonaise où un seul trait peut représenter la perfection. Les personnages sont à la recherche de cette perfection, du sublime. Et Maxence Fermine a travaillé son écriture pour retrouver ce sentiment de concision et va à l’essentiel. Les chapitres sont courts voire très brefs.

Bien sûr ce roman traite d’autres valeurs comme l’honneur, la loyauté et le don de soi.

La passion et la sensualité on la retrouve à travers les cinq sens. Avec délicatesse et retenue on va suivre ses deux personnages qui se donnent corps et âmes à la Calligraphie. L’œil est aux aguets dès le début.

Ce roman nous parle de la voie du zen sans grands discours mais par le mise en pratique dans une activité quotidienne. On a une initiation, une relation le maître et disciple…puis un renversement… je n’en dis pas plus.

J’ai aussi beaucoup aimé dans la construction de l’histoire l’idée de chemin. La narration commence par la vie du Maître (idée d’horizontalité) cap. 1-18, puis l’arrivée de Yuna on a l’impression d’une ascension (passion) chap. 18-45) on arrive à un climax et on a la sensation de redescendre avec Maître Kuro (un effet miroir) chap. 46-52 puis un apaisement avant la conclusion (horizontalité) chap. 53-63.

Dans cette histoire, il y a l’absence et la présence, le visible et l’invisible qui se répondent. Rien n’est immuable.

Ce roman est un souffle. On respire avec un autre rythme. Le cœur s’emballe puis il ne reste une sorte d’apaisement.

J’avais eu un coup de cœur pour neige il y a très longtemps, aujourd’hui je ne peux comparer ses deux lectures mais c’est un livre qui va me laisser une belle sensation pour un moment.

Je remercie les éditions Michel Lafon pour ce moment de poésie.

 

laffon

 

kokeshi coup de coeur

1% rentrée 2015