Yves Grevet

Syros / Nathan, Août 2015, 400 p.

 

Mes découvertes Syros

Evénément de la rentrée littéraire 2015 une coédition Syros /Nathan

 

koridwen

4e de couv. :

Cela fait dix jours que le virus U4 accomplit ses ravages.

Plus de 90% de la population mondiale ont été décimés.

Les seuls survivants sont des adolescents.

L’électricité et l’eau potable commencent à manquer,

Tous les réseaux de communication s’éteignent.

Dans ce monde dévasté, Koridwen, Yannis, Jules et Stéphane

Se rendent, sans se connaître, à un même rendez-vous.

Parviendront-ils à survivre, et pourront-ils changer le cours des choses ?

 

Ma chronique :

Me voici plongé dans le regard de Koridwen. Yves Grevet a choisi de nous emporter dans les terres celtiques. Son personnage est une fille, elle est bretonne et vit dans une ferme. Après la lecture de Yannis on a déjà une vision de la demoiselle, celle de ce garçon qui la croise à Paris. Est-elle vraiment comme il nous la présente ? Bien sûr que non, est-on conforme à ce que les gens perçoivent de nous ou croient percevoir ?

Dans ce projet littéraire au-delà de l’intrigue on peut ainsi se poser des questions que l’on ne se poserait pas forcément.  Sans parler que la lecture d’une autre facette de l’histoire nous renvoi forcément aux autres livres déjà lus… Sans vouloir comparer on a tout de même des liens qui vont se former, les auteurs ont-ils sciemment mis des éléments qui font des effets miroirs ?

Ce roman est un roman indépendant et à part entière mais il me révèle des choses sur le livre de Florence Hinckel alors j’y ferais référence… si j’avais lu les livres dans un ordre différent peut-être aurais-je fait autrement.

Koridwen est bretonne, c’est une fille de la campagne, ses racines profondes sont ancrées dans cette terre et c’est certainement ce qui fait que c’est l’élément terre qui ressort dans son caractère et dans ses actes. Yannis dont les racines sont algériennes vient de Marseille ville portuaire et cela se ressent (je vous laisse découvrir ce que je pense du personnage dans « .Yannis ». Les deux auteurs sont donc cohérents entre les lieux et l’essence.

Koridwen tire sa force de la terre, elle est enracinée dans la réalité, elle est pragmatique. Nous aurons donc une autre vision des événements. La terre c’est la seule chose que nous aurons dans son voyage entre sa maison et Paris. Elle va d’ailleurs voyager avec une partie de ses biens tel la tortue avec sa maison sur le dos. Qui dit maison dit famille, elle va aller chercher son cousin qu’elle va protéger et l’emmener avec elle. Cet être lunaire qui ne peut vivre qu’en compagnie de quelqu’un est très attachant. Max est autiste mais très attaché à Koridwen, ils vont se réconforter l’un l’autre et se protéger aussi. Il est pour elle se que Happy le chien de Yannis. Cet être qu’il faut protéger et qui parfois protége sans regarder s’il met sa vie en danger pour autant, ce compagnon fidèle mais qui parfois devra s’éloigner pour laisser les mains libres au héros. Ils sont les acolytes qui font passer les sentiments et l’instinct plutôt que la pensée et la parole.

J’ai aussi remarqué la présence de « la lettre » une sorte de testament moral que ce soit celle du père au fils ou de la grand-mère à sa petite fille. Dans la construction mentale du personnage je pense que c’est important cette filiation singulière. Le contenu du coup est très différent. On retrouve l’idée de valeurs morales pour bien leur rappeler qu’ils doivent rester des humains intègres.

L’amitié est un thème important dans ses quatre romans. Il y a des liens qui vont se tisser. En chemin Kori va trouver Anna et Marek qui  ne font pas partie du WOT, on est dans une incertitude faut-il leur accorder confiance ou vont-ils causer sa perte.

Koridwen part à la recherche de Spider Snake, alors qu’Adrial allait chercher Lady Rotweiller, ce n’est pas n’importe quel joueur du jeu…

Ce qui m’a plu dans cette histoire c’est cette comptine Celte qui va être le fil conducteur et qui va être le contrepoint. Cette incantation empreinte de magie qui va permettre à Kori de rester sur le droit chemin dans sa quête, sa mission, sa destinée.

On aborde la partie politique différemment, il y a des positionnements du personnage différent par rapport à la trame plus générale. On change vraiment de focale et de genre.

La fin que bien sûr je ne vous dévoilerai pas est dans la lignée de ce qui est proposé pour ce personnage… mouah ahh !   Je vous laisse découvrir ce que l’auteur nous a concocté !!!

Je remercie les Editions Syros pour leur confiance et de m’avoir permis de lire ces deux romans en avant-première.

syros 2

NB : Yves Grevet est un auteur dont j’ai découvert l’écriture avec « Celle qui sentait venir l’orage » où superstitions et sorcellerie sont des thèmes abordés. C’est un auteur dont je pense continuer à découvrir d’autres facettes littéraires.

Déjà lu et chroniqué :

yannis

LECTURES A VENIR

Stephan Jules

 

1% rentrée 2015