Jocelyne Marque, ill. Yuanfen Xiao

Eponymes Jeunesse, Août 2013, 36 p. A partir de 4 ans, 12€

 

LU DANS LE CADRE DE "LA VOIE DES INDES 2013" LIBFLY / EPONYMES JEUNESSE

 

souhait

4 e de couv :

Hue jie menait une vie paisible dans une petie ville au sud de la Chine. La jeune femme bénissait les dieux pour leur bienveillance. Elle s’estimait comblée : son mari était un homme travailleur et gentil, sa maison coquette. Cependant, les dieux avaient oublié de lui accorder un souhait. Celui qui lui tenait le plus à cœur : un bel enfant !

Ma chronique :

J’ai lu cette histoire dans le cadre de « voie des indés 2013 » libfly m’a permis de continuer à explorer les publications des Editions Eponymes jeunesse qui m’ont séduite.

Cet album est un magnifique alliage entre texte et image.

Les dessins sont de véritables tableaux, des aquarelles où tous les détails comptent. Prenons juste celui en couverture (qui est repris à l’intérieur). La couronne joue avec des dégradés de gris et blanc. Cela donne un aspect de plume d’autruche tout en légèreté. Le visage aux traits fins et aussi délicat que l’héroïne de ce conte.

Sur une partie du dessin de la couverture on a une matière « plastique » qui donne un certain relief et c’est doux au toucher, cela donne envie de caresser le personnage, tout comme le nénuphar en 4 e de couverture.

On retrouve dans cet album les caractéristiques des albums des éditions Eponymes Jeunesse à savoir des images pleine page avec un aspect d’arrière plan aux fonds différents. Même si au toucher on a le papier lisse on a vraiment l’impression que l’on va toucher le grain du papier.J’ai beaucoup aimé les différents ciels et nuages, ils nous emportent vers un monde imaginaire. Ils nous laissent rêveurs comme l’héroïne en couverture.

Le texte tient une grande place sur certaines pages. Nous avons le texte en chinois et en français, parfois les deux langues se font face, d’autre fois elles se suivent pour laisser la page entière pour la représentation. 

Quand au conte bien que très classique il a une touche d’exotisme non seulement de part le lieu où il se déroule mais aussi dans les prodiges que réalise cette simple mortelle.

J'ai beaucoup aimé la solitarité féminine qui est un élément important dans ce conte, car sous le couvert d'une histoire pour enfant, Jocelyne Marque aborde un sujet important... Même si l'héroïne à tout pour être heureuse, une chose pourtant lui manque pour être complémentement épanouïe. 

L’héroïne demandera aux Dieux d’exaucer son vœu le plus cher, mais ils vont la renvoyer au temps, à la patience et à la persévérance qui sont le lot des simples mortels. Il faut mériter ce qu’elle désire. Elle va passer par plusieurs étapes pour prouver sa valeur. On a une palette d’émotions qui nous font vivre l’aventure avec cette jeune femme.

Mais en dire plus sur le texte enlèverait du charme à ce voyage...

 

indés 2013

 

1%rentrée

4