Brandon Sanderson

2005 (trad 2009), 796 p.

Lu dans le cadre d'un partenariat Livraddict / Livre de poche

Elantris

4 ième de couv :

Il y a dix ans, la sublime cité d’Elantris, capitale de l’Arélon, a été frappée de malédiction. Ses portes sont désormais closes et nul ne sait ce qui se passe derrière ses murailles. Kae est devenue la première ville de l’Arélon. Quand la princesse Sarène y arrive pour épouser Raoden, l’héritier de la couronne, on lui apprend qu’il vient de mourir. Veuve d’un homme qu’elle n’a jamais vu, Sarène choisit pourtant de rester à la cour, et tente de percer le mystère d’Elantris…

 

Mon avis :

Tout d'abord j'ai apprécié le fait que les deux tomes soient réunis en un seul volume. En début de roman on a la représentation graphique de l'Opélon. Le glossaire en fin de volume est très précieux il permet de se repérer plus facilement au milieu des "aons". Aons qui sont présents à chaque début de chapitre. Le roman est divisé en 3 parties, puis en chapitres. 

On a trois personnages principaux qui permettent d'avoir un regard différent sur l'histoire : Le Prince Raoden, La Princesse Sarène, Le Gyorn Hrathen... la magie, la politique, la religion.

Nous sommes dans un monde d'adultes. Le Prince a un place politique (il n'a rien d'un éphèbe), la Princesse a 25 ans et une expérience du monde diplomatique (elle n'a rien d'un nymphette).  Le gyorn a un lourd passé derrière lui. Chacun va devoir affronté son destin. Tout ce qui tourne autour du prince et la princesse est attachant on vibre avec eux.

La Magie, la Politique et la Religion sont des thèmes qui offrent une complexité et des développements intéressants. On a comme des spirales qui nous ramènent vers un centre pour chaque sujet. On ne s'éparpille pas.

Le thème du secret est aussi un fil rouge dans l'histoire chacun essais de préserver les siens et découvrir ceux des autres. Toute une stratégie est mise en place autour de cette dynamique.

Nous avons aussi un effet de miroir parfois Elantris se reflète dans Kaë, parfois les différents mouvements politiques se font fasse d'autres fois on est dans une idée de parallélisme. Nous retrouvons aussi la vision que les personnages ont d'eux même, celle qu'ils reflètent et celles que perçoivent les autres. Nous avons aussi l'effet de miroir entre Prince et Princesse, Gyorn et Arteth, Iadon et Eventeo...

Nous retrouvons tous les codes de la littérature fantasy ce qui fait l'originalité de ce roman c'est l'environnement, le vocabulaire très élaboré, il faut être attentif comment dans tout nouvel univers.

Après les manigances, les tentatives diplomatiques, les menaces on aboutit à l'affrontement physique. Chaque événement en son temps apportera la pierre à l'édifice et éclaircira les différents mystères. Nous ne sommes pas face une simple lutte entre le bien et le mal, il y a des beaucoup zones d'ombres où la frontière est ténue.

Le roman se divise en trois parties de longueur inégale et avec un rythme différent. Nous avons une situation initiale, des bouleversements et une conclusion très dynamique. On ne s'ennui pas. Quand on croit atteindre l'apogée dramatique on est surpris par un nouveau rebondissement. Le lecteur est tenu en haleine jusqu'à la conclusion. Les 800 pages ne sont pas de trop pour les divers développements. Ce que j'ai aussi aprécié ce sont les réponses aux diverses interrogations.

La notion de temps est très relative deux mois intenses vont annuler 10 ans de malédiction.

En guise de conclusion j'emprunterai les mots du narrateur : "Le prêtre qui avait dit que le combat pour la restauration d'Elantris avait revélé la véritable personnalité de chacun n'aurait pas mieux résumé la transformation de [...] " (p. 786) 

Chacun croyait se connaître, nous pensions bien les cerner mais ils ne demandaient qu'à se surpasser. C'est le propre des héros d'accomplir des exploits.

 

Je remercie 58798189 et poche pour ce partenariat qui m'a permis de passé de bon moments et de découvir un auteur dont je vais certainement lire d'autres romans.

Qui en parle ? Karline d'ailleurs je vais de ce pas lire son avis...

A bientôt pour une autre chronique